32.5 C
Vichy
samedi, août 13, 2022

début des négociations entre le président et les organisations indigènes

sur

Le président équatorien Guillermo Lasso a entamé lundi 4 octobre des négociations avec les organisations indigènes du pays qui exigent une baisse des prix des carburants, a constaté l’AFP. «Nous entamons le dialogue avec la Conaie et d’autres organisations sociales de l’Équateur, comme nous l’avons déjà fait» avec les travailleurs des transports, a déclaré le président Lasso devant les dirigeants de la Confédération des nationalités indigènes de l’Équateur (Conaie) et d’autres organisations indigènes.

Cette rencontre était la première entre le président de droite, qui a pris ses fonctions en mai, et Leonidas Iza, chef de la Conaie, une organisation ayant participé aux soulèvements populaires qui ont conduit au renversement de trois gouvernements entre 1997 et 2005. Leonidas Iza est arrivé au siège du gouvernement à la tête d’un cortège pacifique de quelque 300 personnes, paysans, ouvriers et étudiants qui ont parcouru environ trois kilomètres jusqu’au centre historique de la capitale Quito.

Le dirigeant indigène a demandé l’abrogation les décrets de l’ancien président Lenin Moreno (2017-2021) qui prévoient le réajustement mensuel des prix des carburants en fonction du prix du pétrole sur le marché international. Cela «augmente les prix de tous les produits de première nécessité», a fustigé le dirigeant indigène. L’Équateur est l’un des pays où le prix du pétrole est le moins cher en Amérique latine. Le gallon américain d’essence ordinaire (3,78 litres) y était de 2,39 dollars en septembre, en augmentation cependant de 41% par rapport à août.

Guillermo Lasso a d’ores et déjà annoncé qu’il n’a pas l’intention de modifier la politique fixant les prix des carburants, mais il est favorable à des subventions en faveur des plus pauvres, des populations indigènes ou du secteur stratégique des transports. Les indigènes ont mené de violentes manifestations en 2019 contre la suppression de ces subventions, conséquence des engagements du pays envers le Fonds monétaire international (FMI), manifestations qui avaient fait onze morts. Ils affichent également leur hostilité à l’exploitation minière, qui a pris une dimension industrielle depuis 2019.

Les autres sujets de négociation avec le gouvernement seront la révision des prix des produits issus du monde paysan, les crédits du système financier et les politiques de flexibilité du travail. Les autochtones représentent 7,4% de la population équatorienne, selon le recensement de 2010, tandis que les études anthropologiques indiquent que 25% des 17,5 millions d’habitants du pays sont des autochtones, selon le dirigeant indigène et ancien candidat à la présidence Yaku Pérez.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes