32.5 C
Vichy
samedi, août 13, 2022

Deliveroo débarque à Guéret (Creuse), est-ce une bonne nouvelle ?

sur

«Il était vraiment temps que ça arrive?! » Louise ne cache pas sa satisfaction. L’étudiante se réjouit de l’arrivée de Deliveroo à Guéret. Pour elle, cela devenait indispensable d’avoir ce service de livraison de repas dans la ville. « Je viens de Limoges, donc forcément, j’avais mes petites habitudes de commander mon repas sur mon portable. En arrivant à Guéret, j’ai été surprise que ce ne soit pas possible. Surtout pendant les confinements, ça aurait bien aidé. »

Les « patates solidaires » ont été récoltées au lycée d’Ahun (Creuse)

Et cette évolution du marché des grandes agglomérations à celui des communes de « taille moyenne » était prévue de longue date pour la plateforme lancée en 2015 selon Damien Stéffan, responsable de la communication.

« Aujourd’hui, on procède à une petite inflexion en essayant d’apporter notre service à des communes plus petites car elles ont aussi des restaurants de qualité. Et on ne veut pas que ses habitants soient exclus de l’accès à la plateforme. »

Damien Stéffan (Responsable de la communication de Deliveroo)

Ce choix de la ville de Guéret est loin d’être aléatoire, il s’appuie sur une analyse de plusieurs paramètres. « Guéret fait partie d’une dizaine de villes identifiées pour lancer notre service avant la fin de l’année. On regarde la taille de la ville, les restaurants et la clientèle potentielle. Mais il y a aussi une autre condition. C’est la présence de livreurs partenaires indépendants pour travailler avec nous. »

Recherche livreurs et restaurateurs

Une dizaine de livreurs sont ainsi recherchés pour débuter les livraisons mi-octobre. Des appels à candidature ont été lancés sur des réseaux sociaux comme Facebook. Ils devront ainsi prendre en charge les commandes d’une dizaine de restaurants sur Guéret parmi lesquels le Royal Wok, qui n’a pas longtemps hésité avant d’accepter. « Ça devenait indispensable car, à Guéret, les moyens de transport sont très peu développés et, avec le Covid, les clients osent moins sortir manger dans les restaurants », confirme Lin, chargée de clientèle pour le restaurant de spécialités asiatiques.

A l’occasion de Terre en fête, les Jeunes agriculteurs de Creuse s’inquiètent des « prix bas »

Et côté logistique, le fonctionnement de l’établissement guérétois ne devrait pas être perturbé. 

« On attend juste une machine puis après, c’est Deliveroo qui gère le reste car ils ont leur propre plateforme. Finalement, c’est assez simple. »

Lin (Chargée de clientèle du Royal Wok)

Simple mais aussi « gratuit » pour les restaurateurs à en croire Ferréol De Favitski, responsable du Grand Café. Lui aussi se lance dans l’aventure, tout en conservant quelques réserves. « Je ne sais pas si ça va nous apporter grand-chose car on ne sert que le midi donc c’est une clientèle particulière qui mange souvent en entreprise. Et je sais que les habitudes ont changé donc ce sera vraiment le révélateur. Au pire, nous, ça ne nous coûte rien. Il faut juste savoir s’adapter. » Une adaptation liée aux multiples confinements comme le rappelle le Creusois. « Si on m’avait proposé Deliveroo il y a deux ans, j’aurais peut-être eu du mal à accepter. Mais après tout ce qu’on a vécu, c’est normal de s’y mettre. »

Plusieurs frais ajoutés à la commande

D’autres n’ont pas attendu la crise sanitaire pour se mettre à la livraison. C’est notamment le cas d’Ibo Resto. David Hugur, le propriétaire, ne voit pas forcément d’un bon œil l’arrivée de Deliveroo sur sa commune.

« Ça va sans doute nous faire un peu de tort car on était déjà là avant. Ma clientèle est fidèle mais je vais forcément perdre des clients. Ils m’ont proposé le service mais moi, ma livraison est gratuite et le restera. »

David Hugur (Propriétaire d’Ibo Resto)

En effet, des frais de livraison sont ajoutés au montant total de la commande lorsqu’un client utilise Deliveroo. Damien Stéffan explique le calcul, en toute transparence. « Il y a le prix de la commande, auquel s’ajoutent des frais de livraison proportionnels à la distance. Ils vont habituellement de 50 centimes à 5 euros. Et enfin des frais de service pour financer les infrastructures de Deliveroo qui représentent 5 % de la commande avec un plafond à 1,99 euro. »

Produites localement, les pâtes Cœur de Creuse échappent à l’envol du cours mondial du blé dur

Pour ce qui est du périmètre de la livraison, il est calculé en temps et non en distance. Ainsi, trente minutes maximum, préparation comprise, sont estimées. 

« Pour la ville de Guéret, ça peut donc être jusqu’à sept kilomètres alors que c’est parfois seulement quatre dans les grandes villes. »

Damien Stéffan (Responsable de la communication de Deliveroo)

Reste désormais à convaincre restaurants et livreurs avant la mi-octobre. Et une « marque de référence » pourrait bien rejoindre la liste. « Ce n’est pas une condition impérative à notre installation sur Guéret mais on va bien sûr discuter avec McDonald’s. On sait que c’est très apprécié et que les clients attendent ce service. »

                       Deliveroo avant… Uber Eats ?

Contacté, le service communication de Uber Eats estime qu’il est encore trop tôt pour envisager l’arrivée de leur plateforme sur Guéret. « Nous sommes présents en Nouvelle-Aquitaine depuis janvier 2017 avec le lancement de l’application à Bordeaux. Depuis, nous nous sommes lancés dans 24 autres villes telles que Brive-la-Gaillarde, Cognac, Niort et Villeneuve-sur-Lot. Nous n’avons pas encore prévu de nous lancer dans la ville de Guéret. En effet, nous avons, d’abord, pour ambition de continuer à densifier et diversifier la sélection de restaurants dans les villes où nous sommes déjà présents en Nouvelle-Aquitaine, d’étendre les zones de livraison et de pouvoir proposer la livraison de produits du quotidien via des supermarchés, épiceries et commerces de proximité. »

Alix Vermande

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes