23.5 C
Vichy
mercredi, août 17, 2022

Des agriculteurs se regroupent en association pour faire « partager leur expérience “répit” » à des collègues proches de l’épuisement

sur

«Personnellement, ça va mieux… » Ce sentiment, Roland, producteur laitier dans le Puy-de-Dôme, le partage avec le sourire. Et se tournant vers Blandine Paulin, travailleuse sociale à la Mutualité sociale agricole (MSA), il ajoute : « Vous voyez, je suis aujourd’hui à Brioude, ce que je n’aurais pas fait avant… 2018 », année où il participe à un premier séjour « répit » proposé par la MSA.

« Burn-out »

Cette pause dans le Cantal lui fait « un bien fou ». Il découvre les vacances, rompt avec l’isolement et la solitude qu’impose le travail à la ferme. « Si l’on ne fait pas attention à nous, on peut facilement se retrouver en situation d’épuisement », complète-t-il. Il parle alors du « burn-out », qu’il devinait derrière sa porte…
Roland n’est pas le seul dans cette situation. À Maurs-la-Jolie, il croise d’autres agriculteurs confrontés aux mêmes problèmes, dont Jérôme (Puy de Dôme), Daniel (Haute-Loire)… « Quand on s’est rencontré, chacun a ouvert son baluchon à soucis, on s’est aperçu que l’on n’était pas les seuls dans cette situation. »

« J’arrivais à prendre des vacances mais c’était compliqué. On est tous dans le même bateau, c’est dur… »

Jérôme 

Recevez par mail notre newsletter éco et retrouvez l’actualité des acteurs économiques de votre région.

NL {« path »: »mini-inscription/MT_Decideur », »accessCode »: »14021321″, »allowGCS »: »true », »bodyClass »: »ripo_generic », »contextLevel »: »KEEP_ALL », »filterMotsCles »: »1|13|95|130|6420″, »gabarit »: »generic », »hasEssentiel »: »true », »idArticle »: »4021321″, »idArticlesList »: »4021321″, »idDepartement »: »262″, »idZone »: »21452″, »motsCles »: »1|13|95|130|6420″, »premium »: »true », »pubs »: »banniere_haute|article », »site »: »MT », »sousDomaine »: »www », »urlTitle »: »des-agriculteurs-se-regroupent-en-association-pour-faire-partager-leur-experience-repit-a-des-collegues-proches-de-l-epuisement »}

Ensemble, ils prennent le taureau par les cornes, se revoient, s’accordent du temps… et conviennent de faire « partager leur expérience “répit” à des collègues qui hésitent à franchir le pas. » Ils décident alors de créer une association « Agri répit Auvergne », encouragée par la MSA, qui les soutient et les accompagne dans leur démarche.

« Pauses réflexion »

« Le déclencheur n’est pas forcément économique, indique Christian Gouy, président du comité de Haute-Loire MSA et administrateur régional. C’est plus la charge de travail, le regard extérieur et les contraintes environnementales. Nous avons beaucoup de gens proches de l’épuisement, davantage dans l’élevage, avec la contrainte de la traite journalière… » Ces « répits » permettent des « pauses réflexion » pour Christian Gouy, notamment chez les agriculteurs « qui font le même métier depuis des années. » Pour lui, les « 40-50 ans se posent beaucoup de questions. Les paramètres ne sont pas les mêmes qu’aujourd’hui. Avant, c’était produire au détriment de la vie de famille. Je pense que les jeunes agriculteurs prennent mieux en compte leur vie personnelle et professionnelle. » Et Roland d’évoquer « les anciens qui disaient : si vous partez en vacances, vous êtes des fainéants. »

« Si vous partez en vacances, vous êtes des fainéants »

S’accorder un moment, quelques jours, peut être l’occasion justement de réfléchir « à des changements dans le mode d’exploitation de la ferme, une association avec un jeune qui va amener un regard nouveau… », complète Christian Gouy, pour qui les séjours collectifs favorisent les échanges. Et ils permettent « de très belles rencontres, enrichissantes et soutenantes », précise Roland, président de l’association « Agri répit Auvergne », qui compte actuellement une trentaine d’adhérents répartis dans les quatre départements. 
Pour tous contacts : [email protected] ou 07.89.74.73.15 ou 04.71.07.15.10.

L’association Agri répit Auvergne a été créée en novembre 2019 par un groupe d’exploitants agricoles ayant bénéficié de séjours proposés par la MSA Auvergne dans le cadre de sa politique d’action sociale.
Qui sont ses membres ? Des chef(fe)s d’exploitations agricoles, conjoints collaborateurs, dont « le but commun est de prendre du temps pour nous et de se détacher de notre travail lors d’un moment de répit ». L’association comptabilise actuellement une trentaine d’adhérents. Il n’y a pas de limite d’âge mais il faut « être actif agricole ou retraité investi dans l’association ». L’adhésion se fait par une cotisation annuelle de 10 €.
Quels objectifs ? Les membres de l’association entendent « promouvoir le répit dans le monde agricole afin de diminuer le risque d’épuisement professionnel, l’isolement, la solitude et le mal-être dans la profession mais aussi permettre des échanges et de l’entraide entre pairs. »
Quels projets  ? L’association est accompagnée par un travailleur social de la MSA. Elle se réunit régulièrement à Brioude, retenue de par sa situation géographique. Elle envisage l’organisation, prochainement, d’une journée de prévention des risques psychosociaux.
Le dispositif Répit de la MSA. Il permet d’accéder à un temps de répit « pour prendre soin de soi et de ses proches. » Plusieurs séjours ont été organisés à Maurs-la-Jolie (Cantal), Alleyras (Haute-Loire), Parent (Puy-de-Dôme), Cayres (Haute-Loire)… L’aide s’adresse à tous les agriculteurs et salariés de la production en situation d’épuisement professionnel.
Pour tous renseignements, tél. 04.71.64.46.64 ou [email protected]

 

Jean-Luc Chabaud

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes