26.5 C
Vichy
lundi, août 15, 2022

Des vendanges précoces pour limiter la casse dans le Puy-de-Dôme

sur

Cela fait quelques jours que le soleil a enfin repointé ses rayons sur les coteaux du Puy-de-Dôme. Une éclaircie particulièrement appréciée par le monde vigneron qui a décidé de déclencher les vendanges : elles ont débuté ce vendredi 24 septembre et ce week-end devrait siffler le vrai coup d’envoi de la récolte 2021.

Un des vignobles les plus tardifs de France

« Nous restons l’un des vignobles les plus tardifs de France mais nous vendangeons un peu précocement cette année, reconnaît Gilles Vidal, président de l’AOC côtes-d’auvergne. Nous sommes un peu obligés car la forte humidité, entre les pluies et les brouillards matinaux, favorise les attaques de botrytis. »

Dans le Puy-de-Dôme, 80% des vendanges se font à la machine.

Recevez par mail notre newsletter éco et retrouvez l’actualité des acteurs économiques de votre région.

NL {« path »: »mini-inscription/MT_Decideur », »accessCode »: »14018033″, »allowGCS »: »true », »bodyClass »: »ripo_generic », »contextLevel »: »KEEP_ALL », »filterMotsCles »: »1|13|130|145|6973″, »gabarit »: »generic », »hasEssentiel »: »true », »idArticle »: »4018033″, »idArticlesList »: »4018033″, »idDepartement »: »282″, »idZone »: »30603″, »motsCles »: »1|13|130|145|6973″, »premium »: »true », »pubs »: »banniere_haute|article », »site »: »MT », »sousDomaine »: »www », »urlTitle »: »des-vendanges-precoces-pour-limiter-la-casse-dans-le-puy-de-dome »}

Jongler entre maturité et pourriture

Les vignerons sont donc contraints de jouer les équilibristes et de trouver un compromis entre la maturité et ce risque de pourriture. À Boudes, Annie Sauvat a sûrement été l’une des premières à se lancer. Elle était dans ses vignes dès jeudi : « Après les fortes pluies, nous préférerions attendre pour que le raisin se reconcentre en sucre. J’ai quand même attaqué mes parcelles à faible rendement car leur état sanitaire était plutôt bon. »

premium Un maigre millésime s’annonce pour le vin de Palhàs dans le Cantal

Mais le gros des troupes vigneronnes ne démarrera que dans les prochains jours. Yvan Bernard, à Montpeyroux, fait souvent partie des premiers à vendanger : il doit débuter ce samedi. « La qualité et les rendements varient d’une parcelle à l’autre. C’est difficile d’avoir une tendance. Mais ce ne devrait pas être une complète catastrophe. »

Gilles Vidal, président de l’AOC côtes-d’auvergne, fait le point sur les vendanges qui viennent de démarrer.

Une baisse générale des rendements

Comme beaucoup, il prévoit une baisse des récoltes de l’ordre de 20 à 30 %. Les rendements restent très variables selon les parcelles et selon les cépages. Gilles Vidal accepte de se plier au jeu des pronostics : il prévoit une baisse de 50 à 60 % pour le chardonnay et de 20 à 30 % pour les pinots ; concernant le gamay d’Auvergne, il espère « une récolte à peu près correcte. »

Des résultats très différents d’une parcelle à l’autre

« Avec les conditions météo que nous avons traversées, on ne s’en sort pas si mal, confirme Jean-Yves Coste installé à la Roche-Noire et récoltant pour la cave Desprat Saint Verny. Nous n’en sommes qu’au tout début et la parcelle de pinot gris par laquelle nous commençons est plutôt saine. Ce n’est pas un cépage de l’AOC mais la cave était intéressée pour faire des essais. Ce pinot gris n’a pas forcément besoin d’un fort taux de sucre : le blanc qui en découle mise plutôt sur la fraîcheur. Mes cinq hectares participeront à faire une cuvée spéciale. »

premium À Saint-Pourçain (Allier), les vendanges devraient démarrer vers le 20 septembre : « On se dirige vers de petits rendements »

Du côté de Gergovie, Gilles Persilier est nettement plus inquiet : « C’est bien simple, je ne mets plus les pieds dans mes vignes. Je ne veux pas voir ça. J’ai peur : mes pieds qui n’avaient pas gelé ont reçu deux gros orages de grêle. Je m’attends à des rendements misérables. Du coup, je préfère attendre et gagner en maturité. Je ne vendangerai certainement pas avant quinze jours. »

Le raisin manque parfois un peu de maturité

Des interrogations sur l’avenir

À Boudes, David Pélissier commencera lundi ou mardi par ses pinots noirs et ses chardonnays : « Comme tout le monde, je manque un peu de maturité. J’ai pourtant beaucoup travaillé dans mes vignes pour effeuiller côté Est en espérant que le soleil fasse épaissir la peau des raisins. Malheureusement, il n’y a pas eu de soleil. » Mais les premières mesures le rassurent un peu : « Je suis autour de 12° et l’acidité a baissé. Aujourd’hui les PH sont plutôt bons et le raisin goûte bien. Faute de quantité (à cause du gel, j’ai près de trois hectares avec 70 % de pertes), la qualité devrait être là même s’il est encore trop tôt pour le dire. »

premium Foire aux vins : les coups de coeur de cinq restaurateurs du centre-ville de Riom (Puy-de-Dôme)

Comme plusieurs de ses collègues, il continue de s’interroger sur l’avenir : « Nous sortons de cinq années de sécheresse qui ont créé un stress hydrique dans les vignes. Résultat, le feuillage est moins important et les racines peinent. Forcément, nos vignes s’affaiblissent ».

Photos: Franck Boileau
Vidéo: Valérie Guinard
Texte: Fabrice Mina

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes