32.5 C
Vichy
samedi, août 13, 2022

Deux Puydômois déposent la marque « Eau thermale La Bourboule », le maire de la commune crie au hold-up

sur

Verra-t-on un jour, dans les rayons de parapharmacie, des crèmes et autres soins estampillés eau thermale de La Bourboule rivaliser avec les plus grands noms de la dermo-cosmétique ? C’est le projet de Léandro Mallet et Julien Teyrasse, deux jeunes entrepreneurs clermontois versés, le premier dans la pharmacie et le second dans le bâtiment.

Exploiter l’eau thermale dans des produits

Leur idée ? Exploiter toute une gamme de produits dermatologiques en y incorporant cette eau du Sancy, réputée comme l’une des plus efficaces dans le traitement des maladies de peau.

Conditions indispensables pour espérer jouir de la notoriété de cette précieuse ressource : pouvoir en disposer, bien sûr. Mais surtout, déposer une marque en lien avec la cité d’origine de cet or bleu auprès de l’Institut national de la propriété industrielle (Inpi).

Un dépôt frauduleux de la marque Le Thiers® effectué en Chine par une société domiciliée aux Seychelles

Aussi étonnant que cela puisse paraître, personne n’y avait jamais songé. En décembre 2019, voilà donc Léandro Mallet et Julien Teyrasse heureux et premiers propriétaires des marques « Eau thermale La Bourboule » et « Laboratoire dermatologique La Bourboule ».

Ils prennent contact avec la mairie

Tout semble sourire aux deux amis. Mais les discussions avec la mairie, propriétaire des sources et partenaire incontournable pour leur projet, vont prendre une tournure à laquelle ils ne s’attendaient pas.

« On est passé d’un accueil chaleureux à une attitude très agressive »,

Maître Frédéric Franck, qui assiste les deux entrepreneurs (empty)

 Ces derniers, qui avaient effectué le premier pas, évoquent plusieurs réunions au cours desquelles leur projet aurait reçu un écho favorable. Avant une soudaine mise en demeure, adressée par courrier et par le biais d’un cabinet d’avocats spécialisés, sommant le duo de restituer leurs marques, sous peine d’action en justice.

« Nous nous opposons à l’appropriation à des fins mercantiles de ces marques. Elles appartiennent à la commune et aux Bourbouliens. Les deux entrepreneurs ont agi sans prévenir et sans la moindre autorisation. Ce ne sont pas des méthodes. »

François Constantin, maire de La Bourboule (empty)

Léandro Mallet et Julien Teyrasse disent tomber des nues. « L’objectif, à travers ce dépôt de marque, n’était pas de porter préjudice à quelque institution que ce soit », se défendent-ils. « Il ne s’agissait pas de se protéger de la mairie, avec qui on veut travailler, mais d’entreprises privées qui auraient pu se mettre en face de nous. »

Polémique autour de la source Croizat (Puy-de-Dôme) : « Cette solution me désole, mais c’était la seule », justifie le maire de La Bourboule

Un autre laboratoire serait-il sur le coup ? C’est ce que la mairie aurait laissé entendre au cours des réunions. « Je n’ai rien à dire là-dessus, c’est totalement hors sujet », balaie François Constantin. « Je ne me suis jamais montré favorable au projet des deux entrepreneurs », précise-t-il. « Dès le départ, je leur ai dit que déposer une marque, avant de se présenter, était un acte hostile. »

« Pas question de céder la marque »

À La Bourboule, les marques sont ainsi devenues, du jour au lendemain, aussi précieuses que l’eau ! La commune a, en juillet 2020, finit par déposer la sienne « Grands Thermes La Bourboule » et entend utiliser tous les recours juridiques possibles pour récupérer ou faire annuler celles des deux Clermontois. Hors de question, pour ces derniers, de revenir sur une opération qu’ils estiment tout à fait légitime et en tout cas validée sans problème par l’Inpi.

Avec la réouverture des Grands Thermes de la Bourboule, l’offre du Puy-de-Dôme est quasi complète

« Cela aurait été discutable dès le départ si on nous avait dit que notre projet n’était pas viable. Mais nous avons travaillé dessus, visité les thermes, rencontré du monde… On aimerait aussi que le conseil municipal se prononce sur le sujet. On veut de la transparence et de la démocratie, tout simplement. »
Pour l’heure, c’est plutôt vers le tribunal que le débat semble s’orienter.

Olivier Choruszko

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes