14.5 C
Vichy
lundi, août 15, 2022

Directeur sportif de l’ASM : les quatre candidats qui se détachent sont…

sur

Évoquer le nom du futur directeur sportif de l’ASM, c’est laisser libre cours aux rumeurs et aux fantasmes. Beaucoup de noms ont circulé, parfois sur des bases fondées. Joe Schmidt, Benjamin Kayser, plus récemment Tony Marsh… Ces anciens du club avaient tous une certaine légitimité, mais ils ne figurent pas dans le domaine des possibles. Le nom de l’ancien joueur de Bourgoin, Julien Frier, a également été prononcé dans les couloirs du club.

A ce jour, la « short-list » des candidats vraiment ciblés semble arrêtée, même si une surprise de dernière minute est toujours possible. Elle ne concernerait que trois ou quatre noms et l’annonce du futur lauréat sera effectuée dans les semaines à venir, avant la fin de l’année.

Combler des manques, éviter certaines défaillances

Concernant la fiche de poste, la formation sera au cœur du nouveau dispositif et ce directeur sportif fera le lien avec le secteur professionnel, tout en étant également l’animateur de la cellule recrutement. Autre aspect important, il devra avoir l’assentiment de Jono Gibbes qui restera le patron du terrain et du sportif au quotidien. Travailler ensemble sans se marcher sur les pieds.

Recevez par mail notre newsletter ASM Jour de match et retrouvez les informations essentielles et exclusives sur votre club favori.

NL {« path »: »mini-inscription », »id »: »MT_Sports_ASM », »accessCode »: »14042330″, »allowGCS »: »true », »bodyClass »: »ripo_generic », »contextLevel »: »KEEP_ALL », »filterMotsCles »: »1|10|11|14|15|1664|17123″, »gabarit »: »generic », »hasEssentiel »: »true », »idArticle »: »4042330″, »idArticlesList »: »4042330″, »idDepartement »: »282″, »idZone »: »30603″, »motsCles »: »1|10|11|14|15|1664|17123″, »premium »: »true », »pubs »: »banniere_haute|article », »site »: »MT », »sousDomaine »: »www », »urlTitle »: »directeur-sportif-de-l-asm-les-quatre-candidats-qui-se-detachent-sont »}

premium Bilan après les dix premières journées de Top 14 : l’ASM doit mais peut-elle faire mieux ?

L’une des missions sera aussi d’éviter certaines situations rencontrées récemment, que l’on peut qualifier de défaillances, notamment dans le recrutement de jokers (médicaux ou autres) dont l’ASM aurait pu faire l’économie, notamment la saison dernière. Quel intérêt d’avoir recruté un Everson en 2e ligne pour faire jouer Amatosero, un jeune du centre de formation?? Ou bien un Venter au poste de talonneur alors que le jeune Boudou était en salle d’attente…

Autre exemple d’un dysfonctionnement patent et d’un choix plus que contestable : le recrutement d’un ailier (Pourailly pour ne pas le nommer) pour compenser la « libération » d’un jeune formé au club, qualifié de haut potentiel, on parle évidemment de Donovan Taofifenua qui s’est fait sa place au Racing.

Après dix journées de Top 14, l’ASM Clermont vous a-t-elle convaincus ? Ecoutez le podcast Ici Montferrand

Pour toutes ces raisons, et bien d’autres encore, l’ASM a besoin de combler un vide. Un directeur sportif qui devra avoir aussi la capacité d’attirer des joueurs de haut niveau par son recrutement. Quel homme sera choisi?? Réponse dans moins de deux mois. 

 

Les quatre favoris :
Didier Retière (53 ans), directeur technique national du rugby français

Photo : Frédéric Lherpinière
L’actuel directeur technique national a un long vécu dans la formation et chez les jeunes, notamment dans les sélections. C’est un homme de projet capable d’avoir de la hauteur. Il a également été l’adjoint (coach des avants) de Marc Lièvremont avec le XV de France, de 2007 à 2011. Spécialiste du management des structures sportives, il semble avoir les compétences pour installer une véritable synergie entre le centre de formation et le haut niveau. Il a naturellement ses entrées dans le giron fédéral. Mais, sa candidature peut engendrer des questions : le personnage n’est-il pas un peu clivant dans le cadre d’un club professionnel ? Ses méthodes sont-elles réellement adaptées et compatibles avec Jono Gibbes ? Le « déloger » de la FFR n’est peut-être pas non plus une mission facile.

 

 

Olivier Magne (48 ans), consultant

Photo : Thomas Jouhannaud
Ancien joueur de l’ASM, international reconnu, il a un profil adapté au poste et il coche plusieurs cases. Olivier Magne effectue actuellement la formation de manager au CDES (centre de droit et d’économie du sport) à Limoges, ainsi qu’une autre, diplômante, sur la préparation mentale. Légitime par son vécu de joueur, il a été longtemps dans l’encadrement des sélections de jeunes, il possède à ce titre un solide réseau dans le milieu et sa connaissance du jeu et des joueurs est incontestable. Par son franc-parler et son côté impulsif, il peut être par contre un peu clivant. A Clermont son image est plutôt contrastée, mais sa candidature a du sens pour un club qui justement a besoin de faire parler de lui à l’échelle nationale. On sait par ailleurs qu’il a déjà postulé en début d’année quand il a été question de la succession de Franck Azéma. Et il avait rencontré le président Guillon.

 

 

Aurélien Rougerie (41 ans), membre de la cellule détection – recrutement

Photo : Richard Brunel
« Pour certains, même à l’intérieur du club, le joueur historique de l’ASM devrait être la solution naturelle. Il satisfait à pas mal de critères, même s’il n’a pas entrepris après sa carrière, pour l’instant, les formations allant dans le sens du management et de l’encadrement. Il est un porte-drapeau qui incarne les valeurs et l’histoire du club et son nom résonne encore dans le milieu. Cette saison, il semble avoir été investi de missions supplémentaires qui pourraient le conduire vers une promotion interne. Il rencontre déjà les agents de joueurs, il connaît la « maison » comme personne et a déjà réussi quelques « coups » dans le recrutement de jeunes pour le centre de formation. La question est de savoir quelle légitimité il a auprès du président, qui pourrait aussi faire évoluer son rôle par étapes.

 
Morgan Champagne (40 ans), le « sorcier » de Massy

Photo : Jean-Marc Fondeur
C’est le grand inconnu de la liste, du moins en Auvergne. Formateur du club de Massy, il a une image de « sorcier » ayant fait éclore un grand nombre de talents. Il vient de quitter ses fonctions de directeur du centre de formation et manager de l’équipe première du club francilien. Il possède un énorme réseau en Ile-de-France, le plus gros réservoir du rugby français d’où sont sortis les Macalou, Cancoriet, Camara, Joseph… qu’il a tous détecté très jeunes. Ceci dit, le modèle exemplaire qu’il a mis en place à Massy peut-il être transposé à Clermont ? Surtout, a-t-il les épaules pour gérer ce type de poste dans un club professionnel ? Toujours est-il qu’après avoir quitté Massy à l’été, il n’écartait pas l’option de travailler pour un club pro, ce qu’il n’a encore jamais fait.

 

Christophe Buron

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes