33.5 C
Vichy
samedi, août 13, 2022

Gestion de la crise sanitaire, inégalités scolaires, salaires des enseignants : quels indicateurs pour l’éducation ?

sur

Économie, santé, social… Dans de nombreux secteurs, la crise sanitaire a aggravé les inégalités. L’éducation ne fait pas exception : les élèves les plus vulnérables ont davantage souffert de la fermeture des écoles. « Les pouvoirs publics devraient investir davantage dans l’éducation, afin d’agir sur les sources d’inégalité des chances », prône le rapport Regards sur l’Éducation 2021 de l’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE), qui regroupe une quarantaine de pays développés. Ses principaux points ont été présentés ce jeudi 16 septembre. 

1. Maintien des écoles ouvertes pendant la crise sanitaire : l’exception française 

Mathias Cormann, secrétaire général de l’OCDE, a souligné « la performance de la France qui est parvenue à limiter au maximum les interruptions de l’enseignement en présentiel. De la maternelle au lycée, les élèves n’ont perdu en moyenne que 34 à 49 jours d’instruction en présentiel entre janvier 2020 et mai 2021, soit deux fois moins comparé à la moyenne des pays de l’OCDE. »

2. Inégalités scolaires : pire chez nous

Si la France a choisi de préserver un maximum de cours en présentiel, c’est aussi parce que les inégalités scolaires y sont plus criantes qu’ailleurs. « En France, si les performances des élèves sont dans la moyenne de l’OCDE, le pays est l’un de ceux où, quand on vient d’un milieu défavorisé, on a le moins de chance de réussir », appuie Éric Charbonnier, analyste spécialiste de l’éducation au sein de l’OCDE, pour qui la France doit continuer d’investir dans « les premiers niveaux d’éducation ». « La dépense par élève dans l’enseignement élémentaire français est inférieure de 8 % à la moyenne des pays de l’OCDE alors qu’elle est supérieure à 30 % quand on regarde les dépenses par élève au niveau du lycée […] » Et d’illustrer : « La France est toujours le seul pays européen où les directeurs d’école n’ont pas encore de statut. »

Salaires des profs : on démêle le vrai du faux

3. Salaire des enseignants : la France (toujours) à la traîne

D’Anne Hidalgo (PS) qui vient d’assurer qu’elle doublera leur montant à Michel Barnier (LR) qui veut des rémunérations « alignées » sur celles des voisins, les salaires des profs font l’objet de toutes les attentions. De fait, la France fait figure d’élève très moyen dans la matière : les salaires des enseignants ayant 15 ans d’expérience ont stagné ou augmenté seulement de 1 % entre 2010 et 2020 dans l’élémentaire et le secondaire, contre une hausse de 6 à 7 % en moyenne dans les pays de l’OCDE. Pour Éric Charbonnier, si « une revalorisation salariale est importante », il doit « y avoir une réforme plus profonde du métier, afin d’améliorer le bien-être des enseignants, en leur offrant une formation initiale et continue de meilleure qualité, des possibilités d’évolution de carrière, pour faire face au problème d’attractivité généralisé, un mal pas uniquement français. » 

Salaire des enseignants : quels sont les pays qui paient le mieux leurs profs ?

Nicolas Faucon

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes