33.5 C
Vichy
samedi, août 13, 2022

«Juan Carlos, roi déchu et grand homme»

sur

CHRONIQUE – Entre l’essai et la confession, Laurence Debray réussit un portrait nuancé de Juan Carlos, de son rôle historique à ses errements fiscaux. La monarchie tient à un fil, mais il est encore solide.

Être si longtemps la chroniqueuse d’un roi n’était peut-être pas ce qu’avait prévu Laurence Debray. C’est pourtant ce qu’elle a choisi de faire voilà plus de dix ans, en s’attelant à l’écriture d’une biographie de Juan Carlos, parue en 2013, puis un documentaire diffusé sur France 3, et aujourd’hui, derechef, un livre intime et élégiaque qui se retourne sur les hauts et les bas de son attachement, envers et contre tous, au «roi déchu». Déchu, car il est devenu, il y a trois ans, un exilé volontaire à Abu Dhabi, après une succession d’affaires liées à des commissions touchées lors de contrats avec l’Arabie saoudite.

Oublions la presse people, Gala ou Hola!, les maîtresses et les comptes bancaires hors sols. On entend trop la petite musique moqueuse des indignés, pleine d’une joie mauvaise à l’égard des grands de ce monde tous corrompus. Un homme, a fortiori un roi, «ça s’empêche», admet sa chroniqueuse. Mais il faut comparer le nadir au zénith, la faute fiscale à la grande histoire. On trouve

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 85% à découvrir.

La liberté c’est aussi d’aller à la fin d’un débat.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes

«Oui au passe vaccinal pour minimiser les formes graves du virus»

TRIBUNE - À défaut de stopper les contaminations, le passe vaccinal permettrait de baisser massivement le risque de formes graves du Covid sans paralyser...