17.5 C
Vichy
vendredi, juillet 1, 2022

La Braderie d’automne à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) a débuté ce mercredi

sur

Comme l’hirondelle annonce le printemps, la Braderie d’automne des commerces du centre-ville, qui se tient jusqu’à samedi, marque le début de la nouvelle saison. Rue des Gras ou du 11-Novembre, ce mercredi, des dizaines de boutiques ont déballé au plein air, vêtements, chaussures et autres articles à des prix défiant toute concurrence. Objectif : vider les stocks accumulés durant les mois précédents.

Jusqu’à 70 % de réduction derrière un prix rond

« 2 pantalons pour 40 euros, 3 pour 50 euros », « toutes les robes à 20 euros » : sur les étals, les petites affichettes indiquent le plus souvent un prix rond. Rares sont celles qui précisent le pourcentage de remise effectué sur tel ou tel article. Une question de mathématiques. « Ça sonne mieux dans la tête des clients alors qu’une réduction nécessite de faire un calcul », explique Chloé Falkouska responsable de la boutique La Fée maraboutée. Une analyse partagée par l’enseigne Javotine même si Rémi Gonzalez, le gérant regrette un peu que le prix puisse être l’unique motivation d’achat. « Certains clients achètent un prix, pas un vêtement, je trouve cela un peu dommage », confie-t-il.
Mais quelle réduction se cache derrière ces prix ronds ? « Près de 70 % », assure-t-on du côté de la Fée maraboutée. « Il se calcule en fonction du prix d’origine ou des familles de vêtements », ajoute Rémi Gonzalez.

lauvergnat63, le TikTokeur star devenu ambassadeur du Sommet de l’élevage de Clermont-Ferrand

Cette année plus particulièrement, les « prix ronds » devront séduire le plus grand nombre pour permettre aux commerçants d’écouler un stock un plus volumineux en raison de la crise sanitaire. « Nous enregistrons 30 % de surstock composé principalement d’articles provenant de collections que nous avons reçues il y a un an », explique Rémi Gonzalez.

Qui est Mayane, la créatrice des vêtements d’allaitement 100% français, écolo et pratiques, à Tulle

Pour les commerçants, l’optimisme est de rigueur comme à La Fée maraboutée qui compte booster ses ventes jusqu’à samedi. « Au niveau national, on nous a envoyé 586 pièces supplémentaires. Cette braderie est inscrite dans notre prévisionnel. Nous devons vendre pour 18.000 euros d’articles. Depuis l’ouverture, nous avons déjà fait 3.000 euros alors que nous réalisons un chiffre d’affaires journalier de 1.500 euros en moyenne », se félicite Chloé Falkouska.

Yann Terrat

Reportage photo : Fred Marquet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes

des traces d’explosif retrouvées sur la carcasse de la voiture

Selon les constatations des enquêteurs français révélées par RTL, un attentat a bien eu lieu sur la célèbre épreuve de rallye-raid en Arabie saoudite. ...