32.5 C
Vichy
samedi, août 13, 2022

«La pornographie est tellement puissante qu’elle a phagocyté l’érotisme»

sur

FIGAROVOX/ENTRETIEN – Pour Thérèse Hargot, les dégâts causés par la pornographie sont colossaux. Face à l’ampleur du phénomène, la sexologue plaide, entre autres, pour l’édification de nouvelles normes en matière de sexualité à rebours de l’idéologie soixante-huitarde.

Thérèse Hargot est sexologue. Elle a notamment publié Une jeunesse sexuellement libérée (ou presque) (éd. Albin Michel, 2016).

LE FIGARO. – Dans Génération porno: la fabrique du porc, publié en 2017, vous vous en preniez à la la pornographie et l’hypersexualisation de la jeunesse. Qu’en est-il aujourd’hui ? Consomme-t-on toujours d’autant de vidéos pornographiques ? Quid des addictions ?

Thérèse HARGOT. – Chaque année, 136 milliards de vidéos sont visionnées dans le monde, cela représente un tiers du trafic sur internet. Et un quart des Français en sont dépendants, c’est-à-dire qu’ils en regardent une à plusieurs fois par semaine de la pornographie en ligne.

L’addiction (ou la non-addiction) est une fausse question ; en suivant ce raisonnement on présuppose que la pornographie n’est pas mauvaise en soi mais seulement lorsqu’elle est surconsommée. Or, contrairement aux idées reçues, les sexologues et les scientifiques savent qu’elle est intrinsèquement néfaste.

Généralement, les

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 91% à découvrir.

La liberté c’est aussi d’aller à la fin d’un débat.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes