24.5 C
Vichy
jeudi, août 11, 2022

L’association des Amis du Viaduc de Garabit (Cantal) a gagné un premier combat mais reste vigilante

sur

Après l’avoir reportée à quatre reprises, Covid oblige, l’association Amiga a réussi à tenir, samedi 25 septembre, sa deuxième assemblée générale, à Loubaresse, sur la commune de Val d’Arcomie. En présence de nombreux adhérents venus de toute la France, d’élus du secteur et des deux régions (Aura et Occitanie), de Martine Guibert, conseillère régionale, de Jacques Godfrain, ancien maire de Millau et ancien ministre, et de nombreux partenaires comme Anne Sénémaud, présidente de l’association VVV, « Valorisation du viaduc du Viaur », et, en visio, de Myriam Larnaudie-Eiffel, présidente de l’association des descendants de Gustave Eiffel.

« Preuve que ce sujet [promouvoir, sauvegarder, dynamiser le viaduc de Garabit et la ligne de l’Aubrac, ndlr] est d’envergure nationale et partagé largement à l’échelle du massif Central et bien au-delà », affirmait avec satisfaction Patricia Rochès, vice-présidente d’Amiga avec Hélène Bonabal. Sans oublier le maire de Val d’Arcomie, première commune à avoir adhéré à Amiga. Une évidence pour Romuald Rivière qui insistait sur le rôle de l’association, « élément important, selon lui, de défense et de développement du territoire. Garabit est un vecteur touristique et qui dit tourisme dit commerce, dit chambres d’hôtes… ».

Une première victoireL’association demande que le viaduc soit repeint.

Avec une centaine d’adhérents, issus de 32 départements, et deux présidents d’honneur de poids, Jean-Claude Gayssot, ancien ministre des transports et co-président de l’association « Garabit-Millau : les viaducs de l’Extrême », et Jacques Godfrain, l’association Amiga a réussi son pari « de fédérer de nombreux partenaires en à peine deux ans », autour du « combat au service de la valorisation du territoire via le viaduc de Garabit et des possibilités de mobilité qu’il offre ».

Recevez par mail notre newsletter loisirs et retrouvez les idées de sorties et d’activités dans votre région.

NL {« path »: »mini-thematique-inscription », »thematique »: »MT_Loisirs », »accessCode »: »14020664″, »allowGCS »: »true », »bodyClass »: »ripo_generic », »contextLevel »: »KEEP_ALL », »filterMotsCles »: »1|12|106|107|191|2593″, »gabarit »: »generic », »hasEssentiel »: »true », »idArticle »: »4020664″, »idArticlesList »: »4020664″, »idDepartement »: »233″, »idZone »: »10032″, »motsCles »: »1|12|106|107|191|2593″, »premium »: »true », »pubs »: »banniere_haute|article », »site »: »MT », »sousDomaine »: »www », »urlTitle »: »lassociation-des-amis-du-viaduc-de-garabit-cantal-a-gagne-un-premier-combat-mais-reste-vigilante »}

Et signe « une première victoire », selon Antoine Levesque, secrétaire, avec la réouverture le 18 septembre de la ligne Béziers-Saint-Chély, des travaux d’urgence ayant été réalisés (6.000 traverses en bois changées), financés à parts égales par l’État, la région Aura et la région Occitanie. Et d’ici quelques semaines, le 15 novembre, de la portion entre Neussargues et Saint-Chély, suspendue depuis le 4 décembre 2020. 

Le transport des marchandises pour ArcelorMittal, qui a représenté, pendant un an, la circulation de plus d’une cinquantaine de poids lourds sur l’A75, va pouvoir reprendre sur le rail.

D’autres gros travaux sont annoncés pour 2023, concernant notamment le renouvellement des rails, « mais on craint que ça ne tienne pas jusque-là », s’inquiètent les membres de l’association qui demandent également la « remise en peinture du viaduc de Garabit ».

A la découverte de l’emblématique viaduc de Garabit sur la Truyère (Cantal)

« Le train, meilleur allié du tourisme responsable »

Si la mobilisation collective reste donc toujours au programme d’Amiga, faisant de la ligne ferroviaire Aubrac sa priorité, l’association souhaite également « impulser et participer activement à la mise en valeur et à la promotion touristique raisonnée du site ». Convaincus que « le train est le meilleur allié du tourisme responsable » en termes d’émissions de gaz à effet de serre bien moindres par rapport au bus, à la voiture ou à l’avion, les membres du bureau souhaitent lancer un projet de slow tourisme.

Modification des statuts. Le bureau de l’association, créée en 2018, a proposé d’ajouter à ses statuts une nouvelle mission : « assurer la défense et le développement de la ligne de l’Aubrac en tant que service public, de représenter et de défendre ses usagers, de veiller à la conservation de son statut “Train d’Équilibre du Territoire” ».

L’occasion de « découvrir le territoire autrement », précise Antoine Levesque, dans le cadre d’un appel à candidatures, piloté par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie. Une initiative encouragée par Saint-Flour communauté qui a voté le 15 septembre dernier une motion de soutien au dossier qui doit être déposé le 1er octobre auprès de l’Ademe, qui a pour but de « promouvoir une image de marque de la ligne de l’Aubrac, améliorer la visibilité de la ligne sur le territoire, développer des offres touristiques complètes, associer les différents acteurs du tourisme », expliquait Patricia Rochès.

Amiga renouvelle par ailleurs son soutien à la candidature européenne d’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO de six ponts métalliques à grande arche datant de la fin du XIXe siècle, du viaduc de Garabit dont elle souhaite célébrer le 140e anniversaire de son achèvement autour d’une grande journée festive en 2024, à la manière de la manifestation qu’elle avait organisé pour le 130e anniversaire de la ligne Paris-Béziers en 2019. 

Isabelle Barnérias
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes