26.5 C
Vichy
lundi, août 15, 2022

L’avenir de l’informatique passera par Clermont-Ferrand

sur

Une révolution invisible se passe sous nos yeux, et nous ne la voyons pas : l’informatique quantique révolutionnera un jour le monde comme l’a fait l’informatique classique il y a quelques années. Les calculateurs quantiques sont en effet capables de réaliser, en quelques secondes, des opérations qui prendraient des siècles avec un ordinateur normal.

Un ordinateur à – 273°

Aujourd’hui, ces nouveaux ordinateurs sont rares, énormes, fonctionnent à la température du zéro absolu (- 273°) et nécessitent des équipes de techniciens. On en compte donc que quelques exemplaires en Europe, auxquels les scientifiques envoient quelques calculs rédigés dans une langue incompréhensible pour le commun des mortels.

Mais l’avenir est là, et pas seulement pour résoudre des problèmes de voyage dans l’espace : « Si vous avez une simple tournée de distribution à réaliser, avec quelques centaines ou milliers de points de vente, il y a des milliards de possibilités. L’informatique quantique y répond en quelques secondes ! », explique Philippe Lacomme, enseignant chercheur au laboratoire d’informatique de modélisation et d’optimisation des systèmes (Limos) de Clermont-Ferrand.

Un plan de près de 2 milliards d’euros

L’enjeu est donc considérable et les pays se livrent à une guerre farouche pour être les premiers à maîtriser ce nouvel univers du calcul : en janvier 2021, la France a investi 1,8 milliard d’euros dans son premier « plan quantique ».

Clermont, de son côté, ne possède évidemment pas d’ordinateur quantique, mais ne s’en passionne pas moins pour cette nouvelle façon de faire de l’informatique et l’Université Clermont Auvergne, par l’intermédiaire du Limos, s’est engagée dans l’organisation d’une école éphémère sur l’informatique quantique qui se tiendra du 2 au 5 novembre à Montpellier. 

« L’ambition est de rassembler des chercheurs, des responsables de recherche et développement, intéressés par l’informatique quantique. C’est un domaine qui est en train de naître et il est essentiel que la France y prenne sa place, davantage qu’elle ne l’a fait dans l’informatique classique entièrement dominée par des pays étrangers, notamment les États-Unis », explique Philippe Lacomme.

Blaise Pascal, le génie né à Clermont-Ferrand « a tout inventé »

Arnaud Vernet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes