14.5 C
Vichy
lundi, août 15, 2022

Le 44e Festival du court métrage de Clermont-Ferrand mettra l’Espagne et la danse à l’honneur

sur

L’Espagne et la danse. Les deux rétrospectives du prochain Festival du court métrage de Clermont-Ferrand (du 28 janvier au 5 février) promettent du soleil dans les oreilles et des ondulations dans les salles. On est raccord avec l’esprit de l’affiche 2022 signée Brecht Evens : que la fête (re) commence !

Focus sur l’Espagne tout d’abord. Comme l’indique le journaliste Jorge Rivero dans l’édito, « les vingt premières années de ce nouveau siècle n’ont fait qu’accroître et consolider la constante évolution du court métrage espagnol ».

Vingt-huit films, répartis dans quatre programmes, en apporteront la preuve sur grand écran, à l’image du Grand prix (et prix du public) à Clermont, en 2013, A story for the modlins de Sergio Oskman, ou de Montaña en sombra (prix spécial du jury en 2014) de Lois Patiño.

Recevez par mail notre newsletter loisirs et retrouvez les idées de sorties et d’activités dans votre région.

NL {« path »: »mini-thematique-inscription », »thematique »: »MT_Loisirs », »accessCode »: »14036421″, »allowGCS »: »true », »bodyClass »: »ripo_generic », »contextLevel »: »KEEP_ALL », »filterMotsCles »: »1|12|53|184|6973″, »gabarit »: »generic », »hasEssentiel »: »true », »idArticle »: »4036421″, »idArticlesList »: »4036421″, »idDepartement »: »282″, »idZone »: »30603″, »motsCles »: »1|12|53|184|6973″, »premium »: »true », »pubs »: »banniere_haute|article », »site »: »MT », »sousDomaine »: »www », »tagsArticle »: »#courtmetrage2022″, »urlTitle »: »le-44e-festival-du-court-metrage-de-clermont-ferrand-mettra-l-espagne-et-la-danse-a-l-honneur »}

 

S’ajouteront deux séances dédiées à l’école de cinéma madrilène (Ecam) invitée pour l’occasion et par laquelle est passée notamment Rodrigo Sorogoyen (Madre, Goya 2017). Une collaboration avec la Filmoteca española, afin de découvrir des réalisations de grands noms comme Carlos Saura, un ciné-piscine spécial et une soirée estampillée « cinéma fantastique » complètent le programme.

De plus, l’association Sauve qui peut le court métrage s’offre deux jurés prestigieux, avec le photographe Alberto García-Alix (dont les œuvres seront exposées à l’Hôtel Fontfreyde) pour le labo et le réalisateur Borja Cobeaga (Eramos pocos) pour la compétition internationale.

Un metteur en scène, deux rétros. Le lien entre les deux rétrospectives est assuré par un réalisateur espagnol, Juanjo Gimenez, qui aura deux de ses films à l’affiche.
Le premier Timecode, sera à (re)découvrir dans les programmes de Let’s dance. Il a reçu la Palme d’or au Festival de Cannes en 2016.
Le second, Rodilla, sera projeté dans le cadre du focus Espagne.

La rétrospective « Let’s dance » est elle aussi prometteuse, par la diversité des artistes et des univers présentés.Le p’tit bal de Philippe Découflé, projeté dans le cadre de la rétrospective « Let’s dance ».
Sur les 35 films, on peut citer Les Indes galantes (prix du public à Clermont en 2018) de Clément Cogitore, Le p’tit bal de Découflé (1995) ou Tanghi Argentini (prix du public 2007) de Guido Thys en version restaurée.

Un programme mettra en lumière les films du collectif (LA)Horde dont on avait pu voir Room with a view, en mai dernier, sur la scène de la Comédie de Clermont-Ferrand.
Comme pour l’Espagne, des expositions ponctueront la rétro, à la chapelle des Cordeliers et à l’Hôtel du Département.

Thierry Senzier

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes