33.5 C
Vichy
samedi, août 13, 2022

Le campus de Vichy (Allier) toujours plus attractif pour des étudiants de tous horizons

sur

C’est le nombre d’étudiants accueillis en cette rentrée. Un chiffre en hausse par rapport à l’an dernier (2.670), où les effectifs avaient souffert de la disparition de la Première année commune aux études de santé (Paces). En dépassant à nouveau le cap des 2.800 étudiants, le campus local retrouve presque son niveau de

2019 (2.891
étudiants). Il le doit notamment à l’accueil, désormais, de trois promotions (L1, L2, L3) d’étudiants en Sciences et techniques des activités physiques et sportives (Staps), contre la seule L1 jusqu’alors.

Contexte sanitaire, nouveautés, chantiers : ce qu’il faut retenir de la rentrée des écoles à Vichy (Allier)

Un constat : un campus attractif

Longtemps, le pôle universitaire de Vichy, qui fête son vingtième anniversaire, s’est trouvé dans l’ombre de Clermont-Ferrand voire de Lyon. Une autre époque. Plus qu’un site « détaché » de l’Université Clermont Auvergne, avec qui il a noué de solides liens, le campus local attire aujourd’hui sur son seul nom des étudiants venus de toute la France, qui s’ancrent à Vichy pour une ou plusieurs années. Les formations en métiers du multimédia et de l’internet (MMI) ou en journalisme, pour ne citer qu’elles, reçoivent même des centaines de dossiers de candidature.

Un cap : 2025

Depuis plusieurs années, les acteurs de la vie universitaire se sont fixés un cap : atteindre, à Vichy, le seuil symbolique des 3.000 étudiants. Un horizon qui s’était éloigné l’an passé, mais qui s’éclaircit à nouveau cette rentrée. L’objectif reste donc bien de passer la barre des 3.000 élèves d’ici 2025. Pour cela, le campus pourra notamment compter sur une réforme ayant acté le remplacement des Diplômes universitaires de technologie (DUT), formations en deux années, par des bachelors à l’anglo-saxonne étalés sur trois ans. Conséquence : dans les filières concernées (multimédia, information-communication, journalisme…), Vichy n’accueillera plus deux, mais trois promotions sur une même année scolaire.

Le campus de Vichy se fait toujours plus attractif pour des étudiants venus de toute la France.

Une volonté : diversifier l’offre

Pour s’installer définitivement comme la deuxième ville étudiante d’Auvergne après Clermont-Ferrand (plus de 30.000 étudiants), Vichy compte sur la diversification de ses filières, qui sont déjà nombreuses. C’est le cas au Pôle Lardy, avec des formations en commerce, santé, sport ou multimédia, mais aussi dans les autres sites d’enseignement supérieur : école de kinés (IFMK, près de 400 élèves), école d’infirmiers (IFSI), Institut supérieur de rééducation psychomotrice (ISRP), Institut de formation supérieur en ostéopathie (IFSO), Institut européen de la qualité totale (IEQT). L’ES Vichy (tourisme, esthétique, management), les lycées Albert-Londres (management, commerce, industrie et bâtiment…) et Valery-Larbaud (hôtellerie, diététique…) dispensent aussi des formations variées auprès de 500 étudiants environ. Sans oublier les formations du CFA de Bellerive (bâtiment) ou du Creps de Vichy Auvergne Rhône-Alpes. Le sport, un domaine dans lequel la ville, forte de son label Terres de jeux 2024, entend attirer un nombre croissant d’élèves et de filières ces prochaines années.

« Un peu d’appréhension, forcément… » : dans les lycées de Cusset (Allier), ces profs qui ont vécu leur première rentrée

Une préoccupation majeure : la santé

Alors que les cours ont repris dans des conditions quasi-normales (en présentiel, avec le masque), l’ombre de la crise sanitaire n’a pas totalement disparu.
Elle se matérialise notamment par une préoccupation « renforcée » sur les questions de santé de la part de la direction du campus. Ainsi, en cette rentrée, une infirmière universitaire est désormais en poste à temps plein sur le site. Avec la vocation de soigner, mais aussi d’écouter des étudiants dont beaucoup, durant les épisodes de confinement, ont pu se sentir isolés. Des étudiants qui, souvent, sont confrontés à un autre écueil en matière de santé : la difficulté de trouver un médecin. Aussi, la direction du campus se dit volontiers prête à recevoir le renfort, fut-il occasionnel, de médecins qui se mettraient à la disposition des étudiants dans le besoin. Par ailleurs, dans cette même thématique de santé et d’accompagnement, les actions entamées durant la crise sanitaire (où les étudiants avaient notamment eu accès à des repas à 1€) auront vocation à se poursuivre cette année. C’est le cas du frigo solidaire, ouvert dans les locaux du Point information jeunesse (PIJ) de Vichy Communauté.

Les Bureaux des étudiants (ici la Baie des étudiants au Pôle lardy) ont lancé leur année 21-22.

Un maillon faible : l’offre de nuit

C’est un constat qui revient chaque année : si l’offre de sorties en soirée reste satisfaisante pour les étudiants, avec des bars très fréquentés, l’offre nocturne, elle, est au point mort. Et la fermeture des Fous du Roy, boîte où se tenaient nombre de soirées étudiantes, n’arrange rien à l’affaire. Parfois, des soirées étudiantes prennent ainsi pour cadre les berges d’Allier, ce qui n’est pas toujours la panacée en termes de sécurité… et de nuisances sonores. Mais la direction du campus vichyssois l’affirme : elle prend cette question très au sérieux. Et cherche activement des repreneurs pour que des établissements de nuit puissent à nouveau voir le jour.

 

Pierre Geraudie

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes