17.5 C
Vichy
vendredi, juillet 1, 2022

Le Covid a fait 140.000 orphelins aux États-Unis

sur

Une étude antérieure avait estimé qu’environ 40.000 enfants américains avaient perdu un parent en février 2021. Les Noirs et les Hispaniques sont les plus touchés.

Le nombre d’enfants américains devenus orphelins pendant la pandémie de COVID-19 pourrait être plus important qu’on ne l’avait estimé auparavant. Durant 15 des 19 mois qu’a duré la pandémie de Covid-19 , plus de 140.000 enfants américains ont perdu un parent ou un grand-parent, selon une étude publiée jeudi 7 octobre par la revue médicale Pediatrics. Dans de nombreux cas, les parents survivants ou d’autres membres de la famille sont restés pour subvenir aux besoins de ces enfants. Mais les chercheurs ont retenu le terme d’«orphelin» dans leur étude pour tenter d’estimer combien de vies d’enfants avaient été bouleversées par la pandémie.

Les statistiques fédérales ne sont pas encore disponibles sur le nombre d’enfants américains placés en famille d’accueil l’année dernière. Les chercheurs estiment toutefois que le Covid-19 a entraîné une augmentation de 15% du nombre d’enfants orphelins. Dans un nombre non négligeable de ces cas (22.000), c’est un grand-parent qui subvenait aux besoins de l’enfant qui est mort, ou bien il était la personne qui fournissait le logement.

Autre enseignement, le bilan est bien plus élevé chez les Noirs et les Hispaniques : plus de la moitié des enfants qui ont perdu un parent pendant la pandémie appartenaient à l’une de ces deux communautés, alors qu’elles ne représentent que 40% environ de la population américaine. Les différences étaient beaucoup plus prononcées dans certains États. En Californie, 67 % des enfants qui ont perdu leur principal dispensateur de soins étaient hispaniques. Dans le Mississippi, ils étaient noirs à 57%, selon l’étude.

La pandémie a entraîné davantage de décès dus à d’autres causes

«Ces résultats mettent vraiment en évidence les enfants qui ont été rendus les plus vulnérables par la pandémie et vers lesquels des ressources supplémentaires devraient être dirigées», a déclaré l’un des auteurs de l’étude, le Dr Alexandra Blenkinsop de l’Imperial College de Londres, dans un communiqué.

Une étude antérieure menée par différents chercheurs avait estimé qu’environ 40.000 enfants américains avaient perdu un parent à cause du Covid-19 en février 2021. La nouvelle étude est basée non pas sur les chiffres officiels des morts du coronavirus, mais sur l’excès de mortalité, autrement dit le nombre de décès au-dessus de ce qui serait considéré comme typique. La plupart de ces morts étaient dus au coronavirus, mais la pandémie a également entraîné davantage de décès dus à d’autres causes.

Les résultats des deux études ne sont pas contradictoires, a déclaré Ashton Verdery, auteur de l’étude précédente. Verdery et ses collègues s’étaient concentrés sur une période plus courte, et ils s’étaient en outre uniquement intéressés au décès de parents, tandis que cette nouvelle recherche a également pris en compte ce qui est arrivé aux grands-parents aidants. «Il est très important de comprendre la perte des grands-parents», a déclaré Verdery, chercheur à Penn State. « De nombreux enfants vivent avec leurs grands-parents», un mode de vie plus courant chez certains groupes ethniques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes