23.5 C
Vichy
mercredi, août 17, 2022

« Le magicien » ciblait les femmes âgées dans le Puy-de-Dôme, l’Allier et la Loire : condamné à quatre ans ferme

sur

Les femmes âgées étaient méthodiquement ciblées. Avec, à chaque fois, le même stratagème. Un homme seul ou un couple accoste la victime, tente de l’amadouer. Un tee-shirt ou une veste lui est placé sur les épaules, sous prétexte de vérifier la taille. « J’ai subi ça comme un viol, j’ai pas compris tout de suite », décrit l’une d’elles à l’audience du tribunal correctionnel clermontois. 

Plusieurs procédures en Europe

Habilement, pendant la manœuvre, le fermoir des colliers des personnes âgées est ouvert. Lorsque les victimes découvrent la disparition des bijoux, il est déjà trop tard.
Les malfaiteurs opéraient en majorité sur des parkings de supermarché, mais également en centre-ville ou dans des halls d’immeuble. Plus d’une trentaine de faits similaires ont été recensés durant l’été 2020, en seulement deux mois et demi, dans le Puy-de-Dôme, l’Allier et la Loire. 
À la suite d’une première plainte, une enquête est ouverte, puis une information judiciaire. Peu à peu, trois hommes et deux femmes, originaires de l’Europe de l’Est et domiciliés à Clermont-Ferrand, vont se trouver dans le viseur des enquêteurs. Ils sont tour à tour interpellés et mis en examen. Au centre de l’affaire, Dorel Ciurar, un Roumain, surnommé « Le magicien » pour sa dextérité. Qui finit par avouer la quasi-totalité des trente-trois vols.

« Il était arrivé en France quelques jours avant. Tout laisse à penser qu’il arpente l’Europe pour commettre ce genre de méfait. Il apparaît dans plusieurs procédures dans des pays différents : Pologne, Allemagne, Roumanie… Il a choisi les cibles, il a choisi les lieux et il s’est fait accompagner. C’est du vol professionnel, très organisé, où chacun joue un rôle : un voleur professionnel, un chauffeur, un traducteur. »

Éric Maillaud (Procureur)

« Je ne vais pas vous plaider la relaxe, mais il faudrait requalifier les faits en vols simples », défend Me Arthur Martel.

« J’ai subi ça comme un viol, j’ai pas compris tout de suite »

En France, il aurait opéré avec les quatre autres protagonistes à tour de rôle. « J’ai pas eu assez de tête pour réfléchir, je regrette. J’ai bien compris qu’il ne faisait pas ses courses », explique l’un d’eux, âgé de 26 ans, qui servait de chauffeur à Dorel Ciurar. « Il n’était pas au courant de ce qu’il faisait. Lui, il y allait pour faire la manche », plaide Me Anthony D’Aversa. Son client est condamné à dix mois ferme. Un second chauffeur est impliqué dans vingt-six cas. Âgé de 20 ans et défendu par Me Laure Vaillant, il écope de trente mois de prison, dont douze avec sursis probatoire.
Les deux jeunes femmes, âgée de 19 et 24 ans, contestent leur responsabilité. « Je ne sais même pas quoi vous répondre, madame la juge, je n’en sais rien, je ne sais pas ce qu’il faisait », assure la fille de Dorel Ciurar. Elle concède simplement le vol à l’étalage d’une paire de baskets dans un magasin de sport. « Personne ne fait ses courses en famille à 100 km ou plus, et jamais autour de chez soi », estime le procureur Maillaud. 

Deux mineurs arrêtés après une série de vols à l’arraché dans l’agglomération de Clermont-Ferrand

« Moi, je ne sais pas si elles ont commis les faits car je n’y étais pas. Le doute doit profiter au prévenu. Là, on nie la présomption d’innocence », plaide leur avocate, Me Clémence Marcelot. L’une écope néanmoins de dix mois de prison avec sursis probatoire et l’autre de trente mois, dont douze avec sursis probatoire. 
Dans un dernier tour de passe-passe, « Le magicien » remercie vivement le tribunal avant la clôture des débats. Il est condamné à quatre ans de prison ferme avec maintien en détention.

 

Julien Moreau

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes