32.5 C
Vichy
mercredi, août 10, 2022

Le Monaco de Jérôme Phojo (CF63), le très haut niveau

sur

Il était promis à Clairefontaine, il aurait pu aller au Havre ou à Bordeaux. Mais Jérôme Phojo a finalement opté pour le soleil de Monaco, en 2011. Le soleil, et surtout le pedigree d’un club alors septuple champion de France, et finaliste de la Ligue des Champions, en 2004.

Le natif de Poissy avait 11 ans quand Didier Deschamps et ses joueurs écartaient le Real Madrid ou La Corogne pour se hisser en finale de la prestigieuse compétition. Forcément, « ça donne envie ».

premium Le Monaco de Phojo, le très haut niveau

Banco. Après avoir découvert les installations avec ses parents, Jérôme Phojo se fond dans un nouveau monde composé de nombreux jeunes originaires, comme lui, de région parisienne. Et notamment Marcel Tisserand, né comme lui en 1993, passé par Wolfsburg et aujourd’hui à Fenerbahçe.

NL {« path »: »mini-inscription », »id »: »MT_Sports_Clermont_Foot », »accessCode »: »14018030″, »allowGCS »: »true », »bodyClass »: »ripo_generic », »contextLevel »: »KEEP_ALL », »filterMotsCles »: »1|10|11|18|19|17123″, »gabarit »: »generic », »hasEssentiel »: »true », »idArticle »: »4018030″, »idArticlesList »: »4018030″, »idDepartement »: »282″, »idZone »: »30603″, »motsCles »: »1|10|11|18|19|17123″, »premium »: »true », »pubs »: »banniere_haute|article », »site »: »MT », »sousDomaine »: »www », »tagsArticle »: »#CF63Monaco2021″, »urlTitle »: »le-monaco-de-jerome-phojo-cf63-le-tres-haut-niveau »}

« Ça a matché direct, explique le latéral droit. J’avais beaucoup de potes là-bas, même avec les joueurs du sud, et ça se passait bien pour moi ». Aspirant puis stagiaire pro, Jérôme Phojo a gravi les échelons à un bon rythme. Parfois surclassé, vainqueur de la coupe Gambardella, c’est aussi au sein de l’ASM qu’il connaît ses premières convocations avec l’équipe de France des U19 (9 sélections), puis des U20 (une sélection).

« Même en Ligue 2, ça restait un très gros club. Au niveau de la formation, les exigences étaient les mêmes »

Mais le passage chez « les grands » a été plus difficile. Outre deux rencontres de Coupe de la Ligue, le défenseur n’a joué qu’un match de L2, fin 2012, à Boulogne-sur-Mer, sous les ordres d’un Marco Simone qui sera remplacé quelques jours plus tard par Claudio Ranieri. La saison de la remontée en L1 est alors un révélateur pour Jérôme Phojo :

« Je m’entraîne toute la saison avec le groupe, je prends de l’expérience. Je ne joue pas mais je suis impliqué. Mais Monaco montait en Ligue 1, et ça semblait compliqué pour moi. Et quand j’ai vu les recrues, les Falcao, James Rodriguez, Kondogbia… Le club changeait en retrouvant la Ligue 1, et je savais que ce serait difficile de gagner ma place ».

Les patrons du Clermont Foot « rédacteurs en chef d’un jour » de La Montagne

Prêté au CA Bastia, il résilie son contrat pour s’engager ensuite à Arles-Avignon, toujours en L2. Mais l’expérience monégasque aura au moins permis à Jérôme Phojo de se forger un bagage solide au sein d’une institution du football français. « Même en Ligue 2, ça restait un très gros club. Au niveau de la formation, les exigences étaient les mêmes ».

« Je suis un joueur normal »
Toujours écarté des terrains après avoir contracté une mononucléose fin 2019 puis une phlébite, Jérôme Phojo mesure aujourd’hui ses progrès. Son traitement terminé, il a pu reprendre l’intégralité des séances collectives. « J’ai encore quelques symptômes qui m’empêchent d’être compétitif, d’autant que mon temps d’arrêt a été très long. Mais ça avance, je suis content. Je ne m’attendais pas à revenir aussi bien et aujourd’hui, je suis un joueur normal ». Lui ne se fixe cependant pas d’échéances, d’objectifs précis. Il l’a trop fait par le passé : « Je m’étais projeté, et ça m’a fait mal d’arriver à la date et d’être dans le faux. Donc je veux juste travailler, fait le maximum pour revenir ».

Laurent Calmut

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes