24.5 C
Vichy
mercredi, août 10, 2022

Les États-Unis conditionnent un accord commercial avec Londres à un maintien de l’accord de paix nord-irlandais

sur

Londres et Washington finiront «probablement» par conclure un accord commercial, à moins que l’accord de paix en Irlande du Nord ne soit rompu, a averti vendredi la présidente de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi. «Il ne s’agit pas d’une menace», mais «c’est une prédiction», a-t-elle expliqué lors d’une intervention devant le cercle de réflexion Chatham House dans la capitale britannique. «Si l’accord du Vendredi saint est détruit, il y a fort peu de chances» de conclure un accord commercial, que Londres espère décrocher depuis sa sortie de l’UE.

Le gouvernement britannique est actuellement empêtré dans des négociations avec le bloc européen au sujet de la mise en œuvre du protocole nord-irlandais, série de dispositions douanières post-Brexit spécifiques à la province britannique.

Le maintien d’une frontière ouverte entre l’Irlande du Nord et la république d’Irlande, membre de l’UE, est l’une des pierres angulaires de l’accord de paix de 1998, qui a mis fin à trois décennies de conflit sanglant entre républicains, favorables à la réunification de l’île, et unionistes, attachés au maintien de la province au sein du Royaume-Uni.

Le Congrès attaché à l’accord du Vendredi saint

Ces derniers pestent contre le protocole nord-irlandais, qui introduit des contrôles pour les marchandises en provenance de Grande-Bretagne, dénoncés dans les rangs unionistes comme une frontière en mer d’Irlande, au sein même du Royaume-Uni. «Je suis heureuse que davantage de temps ait été donné pour les négociations… car il doit y avoir un accord», a déclaré Nancy Pelosi au sujet du report de la mise en œuvre de certains contrôles afin de tenter de trouver une solution.

Tout accord commercial avec les États-Unis devra être approuvé par la Chambre des représentants, présidée par Nancy Pelosi. L’accord du Vendredi saint est «très, très, très respecté au Congrès» américain, a souligné la démocrate. «On y parviendra probablement en fin de compte», a-t-elle dit au sujet d’un futur commercial, «mais nous avons une voie qui doit passer par l’UE en reconnaissant l’importance» des accords de paix, a-t-elle ajouté, précisant s’être entretenue à ce sujet avec le Premier ministre britannique Boris Johnson jeudi.

«Il m’a donné de la lecture. Il doit venir aux États-Unis (…) prochainement et je lui ai dit que je lirai ce qu’il m’a donné et lui poserai des questions quand nous nous rencontrerons» de nouveau, a-t-elle poursuivi. Malgré les désaccords au sujet du retrait d’Afghanistan, Nancy Pelosi a mis en avant la «relation spéciale» entre Londres et Washington, «historique» et fondée sur des «valeurs».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes