32.5 C
Vichy
samedi, août 13, 2022

Match arrêté, incidents avant la rencontre, jets de fumigènes: triste spectacle lors d’OM-Galatasaray

sur

La rencontre entre les Marseillais et les Turcs a été émaillée d’incidents jeudi soir au Vélodrome.

Envoyé spécial au Stade Vélodrome

C’était craint, presque attendu et ça n’a pas coupé. Placée à risque, la rencontre de la 2e journée de Ligue Europa entre l’OM Galatasaray fut tendue, explosive et ridicule en tribunes. Au point que le match a dû être arrêté près de dix minutes en raison de jets de fumigènes et de pétards de la part du parcage turc envers le virage marseillais. Quid de la génèse de ces incidents ? La présence d’un drapeau arménien dans le virage marseillais ? La volonté des Turcs de perturber la rencontre ? Difficile à confirmer. A ce moment-là, le score était de 0-0 entre les deux formations et le tableau d’affichage indiquait 38 minutes de jeu.

Scène de tension en tribunes lors du match OM-Galatasaray jeudi soir au Vélodrome. ERIC GAILLARD / REUTERS

La séquence a duré et ni les appels au calme du speaker, ni la présence renforcée des CRS n’ont calmé l’ardeur des suiveurs de Galatasaray. Dimitri Payet et Fatih Tarim ont même tenté de faire revenir leurs fans respectifs à la raison afin de reprendre le match, en vain. Dix minutes plus tard, la rencontre pouvait reprendre dans une ambiance lunaire avec toujours ces bruits de pétards et les 22 acteurs en train de batailler. Ubuesque.

Un aperçu de la tension à une heure du coup d’envoi

Un peu plus d’une heure avant la rencontre, des incidents ont eu lieu entre supporters des deux camps, alors que dans la journée, aucun signe d’affrontement n’avait été constaté. Bien au contraire, l’après-midi aux abords de l’enceinte, les deux camps circulaient en ville côte à côte sans aucune animosité. Situation différente quelques heures plus tard.

Placés dans le parcage visiteurs, les fans du club turc, au nombre de 3400 ce jeudi soir, ont tenté de démonter un immense filet de sécurité, ce qui a provoqué l’intervention des CRS. S’en sont suivis des jets de sièges côté turc et des jets de pétard chez les Marseillais. Face à cette situation, le speaker du club olympien appelait déjà au calme et dans le même temps, Jacques Cardoze, directeur de la communication de l’OM, est allé à la rencontre des supporters pour leur demander de ne plus monter sur les grillages. Et quelques minutes plus tard, tout est revenu à la normale après le déploiement d’une banderole des Turcs «RIP Clément», en référence aux supporters marseillais décédé à Angers il y a quelques jours. Geste salué par l’ensemble du virage olympien par des applaudissements nourris. Lunaire du début à la fin.

À voir aussi – Après les incidents lors du match OM-Nice, Roxana Maracineanu appelle à travailler pour «prévenir les violences»

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes