32.5 C
Vichy
samedi, août 13, 2022

Présidentielle 2022 : Ségolène Royal n’«exclut rien»

sur

L’ancienne candidate socialiste estime que le Parti socialiste lui a rendu sa «liberté» en ne lui apportant pas l’investiture lors des sénatoriales.

Ségolène Royal «reste debout» et avance. Deux jours après avoir essuyé un sérieux camouflet lors des élections sénatoriales – pour lesquelles le Parti socialiste lui a refusé l’investiture -, l’ancienne candidate socialiste à l’élection présidentielle de 2006 place ses pions pour la suite. Et à sept mois de l’échéance ultime, elle «n’exclut rien».

La pilule ne passe pas. Après sa défaite aux sénatoriales des Français de l’étranger, Ségolène Royal ne cesse de blâmer «l’appareil du PS» qu’elle accuse être teinté de «sectarisme». «Le PS m’a fait battre», a-t-elle déclaré sur le plateau des 4 Vérités sur France 2 ce mardi. «Je pense que ma liberté les dérange, mais il faut bien des paroles libres dans une organisation politique, c’est pas une secte», a ajouté l’ancienne ministre.

«Il faut rassembler différemment»

Si Ségolène Royal avait assuré en mai dernier ne pas prendre part à la course de l’Élysée, les choses ont changé. Autrefois bridée, selon elle, par sa famille politique, l’ex-représentante du parti en 2007 peut désormais avancer comme bon lui semble. «Puisque le PS me rend ma liberté, si je considère que dans le débat politique il faut représenter différemment les choses et rassembler différemment, je n’exclus rien», a-t-elle ainsi prévenu. Précisant que «l’appareil du parti» n’a pas non plus «rendu service» à la maire de Paris et candidate déclarée, Anne Hidalgo, dont les intentions de vote restent très basses – autour des 4%.

La veille, Ségolène Royal avait déjà annoncé vouloir transformer son association «Désirs d’avenir» en une formation politique. «Je veux qu’une nouvelle génération politique se lève, et moi je vais aider à ce qu’elle se lève. (…) Elle me demande de transformer ce groupe de réflexion en parti politique. Nous allons le faire et ce seront des gens qui en prendront la responsabilité et j’espère qu’ils seront aussi candidats aux législatives», a-t-elle précisé. Avant de reconnaître : «C’est quand même très dur ce genre de trahison, c’est très difficile humainement. C’est quand même ma famille politique.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes