32.5 C
Vichy
samedi, août 13, 2022

Présidentielle et législatives 2022 : pourquoi ces élections comptent tant et comment nous en parlerons

sur

Avril 2022. À l’échelle de la vie politique, six mois, c’est une éternité. La promesse de cent rebondissements, de mille agitations. Au creux de l’automne 2016, nul n’imaginait que François Hollande serait le premier président de la Ve République à ne pas briguer un nouveau mandat et la perspective de voir son jeune ministre de l’Économie gagner l’Élysée semblait aussi improbable que l’idée d’une droite fracassée par l’affaire Fillon.

À six mois de la présidentielle, une certitude : même si la participation s’étiole depuis 2012, cette élection reste la préférée des Français. Elle compte politiquement et affectivement.

Et elle compte plus encore à l’heure où le pays se réveille à peine, toujours groggy, d’une crise sanitaire qui souligne des qualités immenses de résilience, tout autant qu’elle laisse entrevoir des fragilités sociales, économiques, idéologiques.

Le choix du pas de côté

À l’aube de cette campagne, s’il en est, même non-candidats, pour capitaliser sur le flou et crier avec les loups, le groupe Centre France fait le choix du pas de côté. Face aux rhétoriques déclinistes et complotistes, c’est le choix d’un journalisme apaisé, didactique et accessible au plus grand nombre.
Dans cet article, vous découvrez les dessins de l’illustratrice lyonnaise Donatelle. Ils nous accompagneront jusqu’au scrutin sur l’ensemble de nos supports papier et numériques.

[Billet] Aux urnes citoyens !

À nos yeux, ce trait a trois vertus : il sort du seul cadre institutionnel, il parle à tous les publics, y compris les plus jeunes, et il traduit une forme de douceur pas si fréquente quand on parle de la chose politique.

 

Comme nous l’avons fait lors des dernières élections régionales et départementales, nos différents contenus mis en ligne sur nos sites web seront en accès libre. Il n’est de pédagogie utile que partagée et ouverte.

Concernant les intentions de vote, à l’instantanéité brute, et souvent trompeuse, du sondage, nous préférerons en analyser les tendances sur le temps long. Aujourd’hui, de savants modèles mathématiques permettent d’agréger les chiffres pour en dégager des dynamiques. C’est cette approche distanciée que nous entendons défendre au côté de Contexte, un site spécialisé dans les politiques publiques, dont les travaux permettent justement d’observer le rapport de forces politiques dans la durée.

Les diagnostics pressés et promesses hâtives au tamis du doute méthodique

Par ailleurs, notre rubrique de vérification des faits « (Anti)viral », qui a vu le jour au début du second confinement, prendra une forte coloration politique dans les prochaines semaines, avec là aussi des déclinaisons sur le digital et le papier. Déjà, les diagnostics pressés et les promesses hâtives doivent passer au tamis du doute méthodique.

Six mois, c’est aussi le temps qu’il faut pour prendre le pouls de nos territoires et entendre les attentes de celles et ceux qui y vivent. Une présidentielle se finit au palais de l’Élysée mais elle commence toujours à hauteur d’hommes et de femmes, dans le dur du terrain.

Dès lundi prochain, tous les quinze jours, vous retrouverez dans nos pages nationales une série de reportages en forme de rencontres avec celles et ceux qui vivent dans ce grand centre de France qui concentre toutes les typologies de territoires et cristallise toutes les problématiques. Elles guideront nos interviews avec les candidats et leurs états-majors.

Métropoles, villes moyennes, campagnes rases, zones de montagne, grande couronne de Paris… À chaque lieu sa singularité économique, son offre de transports, son modèle agricole, ses préoccupations sanitaires. Cela ne s’embrasse pas à l’aune d’une statistique mais d’un visage, toujours.

Regarder, écouter, donner à voir et à comprendre

Notre périple débutera dans la Nièvre, à Donzy. Drôle d’histoire que celle de cette ville miroir de la France, dont l’électorat a pendant longtemps voté comme l’Hexagone tout entier.

Mais, là aussi, une prudente distance s’impose. Ne prêtons pas à Donzy un pouvoir divinatoire qu’elle n’a pas. Six mois, c’est beaucoup plus que la durée de vie d’une boule de cristal. Mais six mois, c’est nécessaire pour regarder et écouter, donner à voir et comprendre.

Stéphane Vergeade

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes