33.5 C
Vichy
samedi, août 13, 2022

Une cinquantaine de syndicalistes enseignants mobilisés à Tulle revendiquent « un plan d’urgence pour l’Education nationale »

sur

Environ cinquante personnes se sont mobilisées, ce jeudi en fin de matinée, au pied de la cité administrative de Tulle, pour exiger davantage de moyens pour le secteur de l’enseignement.

Réunis à l’appel d’une intersyndicale FSU, CGT, FO et Sud Solidaires sous la bannière « Un plan d’urgence pour l’Education nationale »,  les participants ont rappelé le contexte sanitaire toujours délicat « qui a accentué les problèmes ».

Le Campus junior, à Tulle (Corrèze) a trouvé son public à l’école Joliot-Curie

 « Aujourd’hui, l’école est à reconstruire. Elle a besoin de moyens humains et de moyens salariaux pour rendre ses métiers attractifs », a souligné Nathalie Ribière pour la FSU. « Après 18 mois de crise sanitaire, les collègues sont épuisés et méprisés, car peu informés. »

Des décisions attendues « à la mesure des attentes et des besoins »

Un manque de moyens humains que toutes les organisations syndicales s’accordent à pointer du doigt, tout comme des traitements salariaux très insuffisants. « Nous demandons une augmentation des points d’indice et des salaires pour tous les personnels », expliquait Elisabeth Imbertèche sous les drapeaux FO.

A ce titre la mise en perspective des salaires européens a été effectuée, laquelle met en lumière d’importantes disparités : « En Allemagne, un enseignant de primaire touche le double », a plaidé un participant, qui a insisté : « Aujourd’hui, nous sommes arrivés à une limite : il est urgent que des décisions soient prises et qu’elles soient à la mesure des attentes et des besoins. »

Julien Bachellerie

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes