32.5 C
Vichy
samedi, août 13, 2022

Vainqueur de Grenoble (21-16), le Stade Aurillacois savoure mais reste mesuré

sur

Les quatre points engrangés par Aurillac, l’engagement mis pour débloquer le compteur et la satisfaction légitime d’avoir lancé sa saison ne conduisaient pas le Stade à changer de ligne, jeudi soir.

De la même manière qu’ils avaient refusé de se mettre la tête au fond du seau après leur revers face à Bayonne, les Cantaliens ne sautaient pas non plus au plafond après avoir battu Grenoble (21-16).

Une semaine après Colomiers, Aurillac a rectifié le tir dans le combat, avec notamment un banc qui a permis de maintenir le niveau d’engagement.

Une production dans le jeu qui doit encore progresser

Recevez par mail notre newsletter personnalisée Terre de Sports et retrouvez chaque lundi les infos et résultats de vos sports favoris.

NL {« path »: »mini-thematique-inscription », »thematique »: »MT_Sports_Multisports », »accessCode »: »14014388″, »allowGCS »: »true », »bodyClass »: »ripo_generic », »contextLevel »: »KEEP_ALL », »filterMotsCles »: »1|11|14|17|2593|15369|17123″, »gabarit »: »generic », »hasEssentiel »: »true », »idArticle »: »4014388″, »idArticlesList »: »4014388″, »idDepartement »: »233″, »idZone »: »9941″, »motsCles »: »1|11|14|17|2593|15369|17123″, »premium »: »true », »pubs »: »banniere_haute|article », »site »: »MT », »sousDomaine »: »www », »urlTitle »: »vainqueur-de-grenoble-21-16-le-stade-aurillacois-savoure-mais-reste-mesure »}

La raison ? Roméo Gontinéac se montrait lui-même mitigé sur la proposition de jeu. Quand bien même le premier essai inscrit par Sagote et le second par Bouyssou étaient de belle facture, le technicien disait attendre plus, surtout parce que la production à l’entraînement est autrement ambitieuse.

« Les joueurs le savent. Notre jeu, et notamment sur ce qu’on pratique à l’entraînement, est plus fluide. Là, c’était parfois un peu trop programmé. On n’a pas été parfait, aussi parce que Grenoble nous a mis une pression terrible. À la main et au pied, ils étaient très millimétrés. »

Roméo Gontinéac (Entraîneur d’Aurillac)

Dans l’idéal, Roméo Gontinéac aurait signé pour des Aurillacois qui se déplacent plus et déplacent plus le ballon. Ce que Pierre Roussel soulignait à son tour en regrettant que, parfois, ce que mettait en place Aurillac contraignait les avants à trop d’efforts qui auraient pu coûter cher à la fin. Un peu à l’image de la débauche d’énergie contre l’Aviron, que le Stade avait fini par payer lors de la deuxième journée.

Aurillac s’impose face à Grenoble (21-16) : « On a été généreux et on l’a mérité »

« Pas spectaculaire » selon les propres termes de l’entraîneur en chef, Aurillac a malgré tout brillé par son engagement. Un très bon point après les gros défauts constatés dans ce domaine à Colomiers.

Pour sa première avec Aurillac, Benjamin Boudou a su très vite se mettre dans le bain. En dépit d’un lancer contré, le taloneur a su se mettre en évidence, avec notamment une percée limpide et un bon service sur le deuxième essai.

Et outre une discipline dans les standards attendus pour gagner un match (8 pénalités), les Auvergnats ont fait montre d’une belle longueur au pied, notamment par Palmier. Un bilan seulement tempéré par des pénaltouches non trouvées – un mal qui a aussi frappé Grenoble.

Une soirée difficile  pour Lewis Ormond

Dans la colonne des moins, car il y en a eu, difficile de ne pas retenir la prestation manquée de Lewis Ormond, pour sa première à Jean-Alric. En difficulté sur la majorité des choses qu’il a eue à faire, et avec plusieurs mauvais choix et des en-avant, l’arrière a passé une mauvaise soirée, ce dont convenait Roméo Gontinéac.

Pro D2 : Aurillac se libère avec sa première victoire de la saison, contre Grenoble (relire le live)

« Oui, il faut qu’il se retrouve un peu lui-même. Tout n’est pas réglé pour lui ici au niveau de sa famille, ça le perturbe un peu. C’est vrai qu’on a hésité deux fois à le changer, pour amener de la fraîcheur et de la précision, mais avec notre parti pris du 6-2 sur le banc, c’était un risque si on avait des blessés ».

Le staff a donc préféré temporiser avant de lancer Aucagne, auteur d’une belle entrée. Et plus généralement, le banc a su peser sur cette rencontre. « C’est ce qu’on attendait et qu’on attend tous les week-ends : qu’il fasse la différence, soit pour garder le niveau d’intensité, soit pour amener un plus et c’était le cas, que ce soit J.-B. (Singer) ou la première ligne, notamment », poursuivait l’entraîneur.

Décisif sur la première réalisation aurillacoise et auteur du deuxième essai, Hugo Bouyssou a signé une très belle partie jeudi soir.

Bouyssou au rendez-vous durant la rencontre… et après

« Les remplaçants nous ont beaucoup apporté », abondait Hugo Bouyssou, sorti seulement à deux minutes de la fin, et à créditer d’une très belle partie. Attendu dans le rôle du patron, celui-ci n’a pas déçu, avec un discours empreint d’humilité… mais aussi un vrai discours de compétiteur.

Parfois titillé (dans ces colonnes) sur ce rôle de leader, le demi de mêlée assurait qu’il s’était senti « comme d’habitude ».

Pour moi, être leader, ce n’est pas forcément crier, mais c’est gérer les avants, leur parler, des fois juste avec un petit mot. J’ai essayé de le faire à ma manière.

« On essaie aussi d’apprendre de nos erreurs, et parfois je fais partie des choses qui ne vont pas. Le tout, c’est d’être lucide, plus posé et quand il y a des coups à jouer : les jouer à fond »

Repères, expérience, rythme : le duel des charnières pour le match Aurillac-Grenoble

C‘est de cette maturité dont Aurillac aura besoin, vendredi, à Narbonne. La confiance engrangée par ce premier succès peut aussi faire figure de déclic pour voir le Stade Aurillacois accomplir dans le jeu ce sur quoi il veut tendre. Alors, le compteur ne sera pas seulement ouvert. La saison ne sera pas seulement lancée. Elle sera sur les bons rails. 

Texte et vidéo : Jean-Paul Cohade
Photos : Jérémie Fulleringer

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes