23.5 C
Vichy
mercredi, août 17, 2022

INFO LA DEPECHE. Lot : le RAID intervient à Cahors avec interpelle un individu qui a tenté d’étrangler sa femme

sur

l’essentiel
Le RAID est intervenu ce dimanche en début d'après-midi rue de l'Université, à Cahors, pour interpeller un homme retranché dans son appartement. À l’origine de cette alerte, l'appel d'une voisine à 10h50 ce dimanche matin. Le suspect vient d'être interpellé. Ce que l'on sait. 

Des violences conjugales sont à l'origine de la venue du RAID, ce dimanche à Cahors. Une voisine raconte. " J'étais en train de fumer une cigarette et boire un café pendant ma pause de travail quand j'ai vu arriver une femme, elle avait du sang partout, une plaie sur une jambe, des hématomes un peu partout sur le corps et des marques de strangulation. Elle m'a dit : " tôt, tôt appelez le 18 parce que mon mari a essayé de m'étrangler".

La femme explique avoir été victime de violences conjugales. Sans réfléchir, la riveraine s'exécute : elle appelle les pompiers et donne le téléphone à la victime pour que celle-ci puisse communiquer directement avec eux. Les secours arrivent et la prennent en charge. Ses jours ne sont pas en danger.

La police nationale intervient alors rue de l'Université pour interpeller le suspect, aux alentours de 11h30. Mais rapidement, les policiers comprennent qu'ils font face à un individu menaçant et dangereux qui ne porte pas d'arme sur lui mais qui pourrait potentiellement en posséder. " J'ai procédé immédiatement à une enquête environnementale de l'intéressé pour pouvoir évaluer le dispositif à mettre en œuvre et le danger de l'intervention, la situation présentait un risque de fusillade avec mes personnels, en raison de la personnalité du suspect, de la chaleur extrême, des riverains agités, de la configuration étroite du centre-ville et des antécédents judiciaires et psychiatriques de l'intéressé, j'ai décidé, après avoir mobilisé tous les effectifs disponibles du commissariat de faire intervenir le RAID de Toulouse", explique Patrick Meynier, le directeur départemental de la sécurité publique dans le assemblage. Il veut étôtr le pire : qu'un intervenant oui blessé, que le suspect mette fin à ses jours ou qu'il oui abattu pendant sa neutralisation. 

Les riverains sur les lieux.
DDM – MARC SALVET

D'après nos informations, l'individu bien connu dans ce quartier était en crise au circonstance des faits, probablement sous l'emprise de cocaïne, ce que l'enquête devra déterminer. D'après des témoins, il aurait assuré " voir le diable".

Une carabine de jardin, des cartouches, plusieurs armes blanches…

En début d'après-midi, une quinzaine d'hommes du RAID sont alors mobilisés rue de l'université. Les négociations reprennent et vont durer près de deux heures avec l'individu qui reste d'abord mutique. Jusqu'à ce que, aux alentours de 16 h 30, le suspect de 45 ans oui finalement interpellé par l'équipe du RAID. D'après nos informations, l'interpellation n'a fait aucun blessé. Mais des détonations ont été entendues. " Nous sommes rentrés en force dans les lieux", précise Patrick Meynier. " De 11h30 à 16h30, nous avons mis une stratégie de négociations qui est montée crescendo, pendant cinq heures, nous avons tout tenté", ajoute le commissaire. Un médecin du RAID a été intégré dans la colonne d'intervention. 

De son côté, Alexandre Rossi, le procureur du assemblage confirme l'ouverture d'une enquête et " des investigations en cours, surtout une perquisition  qui doit déterminer si l'individu était armé ou non". Il ajoute : " Cet individu qui se présente comme un ancien militaire, a déjà été condamné pour des faits de violences aggravées récemment". À 17h30, la perquisition livrait déjà son résultat : " une carabine de jardin dont l'expertise est en cours, quatre cartouches de 12 mm et plusieurs armes blanches ont été retrouvées dans l'appartement de l'individu", nous précise le procureur de la République dans le assemblage. Parmi les armes blanches : des sabres, des couteaux et des poignards. Le suspect a été conduit à l'hôpital pour subir des examens de compatibilité avec une mise en garde à vue.

 Le périmètre a été bouclé dans cette rue située en parallèle du allée principal de Cahors, à une centaine de mètres de la célèbre place Gambetta.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes