17.5 C
Vichy
vendredi, juillet 1, 2022

«La “légitimité”, un dilemme français?»

sur

CHRONIQUE – Ce n’est pas le régime de la Ve République qui est aujourd’hui déréglé, mais le système des partis. Et ce depuis un bon moment.

Ils ont été nombreux, cette semaine, à s’étrangler d’indignation suite à la déclaration de Gérard Larcher s’inquiétant de la «légitimité» d’un président reconduit dans ses fonctions sans avoir mené les débats nécessaires avec les autres candidats. Gérard Larcher fut présenté au mieux comme un mauvais perdant cherchant dès maintenant à gâcher le deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, au pire comme un crypto-putschiste prêt à saboter la République parce qu’il est condamné à l’opposition.

C’était pourtant faire preuve d’une grande mauvaise foi que de lire ainsi les propos du président du Sénat, qui s’inquiète de la reconduction d’un président triomphant et impuissant, dans un pays traversé par des tensions de plus en plus vives et porteur d’une tradition insurrectionnelle. On pourrait pousser plus loin l’analyse, en se demandant si la France n’est pas au seuil d’une crise de régime que peut engendrer un dysfonctionnement du système de représentation des différents courants politiques à travers…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.

La liberté c’est aussi d’aller à la fin d’un débat.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes

«Par amour pour la Russie, souhaitons qu’elle revienne à son destin européen»

FIGAROVOX/TRIBUNE - Dans un contexte de conflit russo-ukrainien, le diplomate russophile Antoine Cibirski clame son amour pour la Russie et sa culture, mais regrette...