24.5 C
Vichy
mercredi, juillet 6, 2022

«Le débat présidentiel en France ne doit pas être éclipsé par le conflit russo-ukrainien»

sur

FIGAROVOX/ENTRETIEN – Le 2 mars, Emmanuel Macron a donné une allocution au sujet de la guerre russo-ukrainienne, à 20 heures. La situation internationale a de multiples conséquences sur la campagne présidentielle française, explique l’universitaire Benjamin Morel.

Benjamin Morel est maître de conférences en Droit public à l’Université Paris II Panthéon-Assas.

FIGAROVOX. – Quels impacts aura eus la guerre russo-ukrainienne sur la campagne présidentielle française ?

Benjamin MOREL. – Il est trop tôt pour le dire. À ce stade, on peut penser que cela va avoir deux effets. D’abord, mettre au centre de la campagne l’enjeu de l’incarnation de la fonction présidentielle. L’important n’est au fond, du point de vue électoral, pas tant la bonne gestion de la crise que le sentiment que la voix de la France est entendue. C’est la première mission d’un président. Or, plus qu’un programme, une campagne se fait sur un éthos et une vision du monde. Sur ce plan, bien traitée, cette campagne peut gagner réellement en qualité. Encore faut-il qu’il y ait une campagne.

Si nous devons ne pas avoir de campagne présidentielle à cause de la guerre en Ukraine, qui peut être longue, on prend un réel risque démocratique. Si l’on reporte, ce qui n’est ici pas constitutionnellement possible, une élection à chaque fois qu’une autre actualité s’impose, on ne va pas voter souvent.

Benjamin Morel

Le second élément est justement un moindre traitement de la campagne. Ça devient un vrai problème qui est lié essentiellement, non à l’actualité, mais à la mise à l’agenda médiatique. Nous n’avons pas eu de campagne municipale à cause de la réforme des retraites ; pas de campagne départementale et régionale à cause du Covid-19. Si nous devons ne pas avoir de campagne présidentielle à cause de la guerre en Ukraine, qui peut être longue, on prend un réel risque démocratique. Si l’on reporte, ce qui n’est ici pas constitutionnellement possible, une élection à chaque fois qu’une autre actualité s’impose, on ne va pas voter souvent. Pour la bonne santé de notre démocratie, les médias audiovisuels doivent apprendre à traiter plus d’un sujet important à la fois.

L’invasion russe a-t-elle eu pour effet de disqualifier les principaux candidats d’opposition, favorable au dialogue avec la Russie ?

À court terme, ces candidats marchent sur un fil. À moyen terme, il n’est pas certain que ce soit là une motivation fondamentale du vote. Leur problème est double. Ils doivent à la fois composer avec une référence passée qui n’est pas facile à assumer, et avec une position plus timorée concernant les sanctions. Soyons clairs, il est impossible d’exempter Vladimir Poutine de la pleine responsabilité de cette guerre. Il est en revanche possible de débattre des réponses à apporter, de la nature et du niveau des sanctions. Le souci pour ces candidats est que, après avoir fait l’apologie de la Russie, toute nuance sur la réponse est vue comme un signe de complaisance.

Pourquoi Emmanuel Macron fait-il le choix de se présenter le plus tard possible ?

Le pari au départ était double. D’abord, capitaliser le plus possible sur la séquence Covid-19 et présidence française de l’Union, justement pour incarner la fonction. Ensuite, si l’électorat macronien est grosso modo content du bilan, il pourrait s’avérer très clivé sur l’avenir et le projet.

Si Emmanuel Macron doit tenir l’électorat de centre droit pour s’assurer le premier tour, il a besoin de l’électorat de gauche pour le second. Présenter un projet est donc un casse-tête chinois.

Benjamin Morel

Par ailleurs, si Emmanuel Macron doit tenir l’électorat de centre droit pour s’assurer le premier tour, il a besoin de l’électorat de gauche pour le second. Présenter un projet est donc un casse-tête chinois. Moins de temps, il sera détaillé, et plus la campagne portera sur des enjeux consensuels, mieux ce sera. Le souci, évidemment, c’est qu’Emmanuel Macron est à présent pris à son propre piège. Contraint dans l’urgence de se déclarer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes