17.5 C
Vichy
vendredi, juillet 1, 2022

«Le scrutin majoritaire à deux tours traduit-il la volonté des électeurs ?»

sur

FIGAROVOX/TRIBUNE – Dans ce contexte d’élection présidentielle, le conseiller d’État honoraire s’interroge sur la pertinence du mode de scrutin français. Il pourrait être avantageusement remplacé par la méthode du «jugement majoritaire», argumente-t-il.

Jean-Éric Schoettl a été secrétaire général du Conseil constitutionnel de 1997 à 2007. Il est conseiller d’État honoraire.

Par sa familiarité et sa simplicité, le scrutin majoritaire à deux tours nous paraît aller de soi. Traduit-il pour autant la volonté des électeurs ?

S’il le fait dans certains cas (petit nombre de candidats, orientations et programmes polarisés le long d’une dimension unique du type droite / gauche), il n’y parvient que médiocrement dans diverses autres hypothèses (nombre de candidats élevé, multidimensionnalité des préférences politiques). Or ces hypothèses sont justement celles de l’offre et de la demande contemporaines en matière politique. Il est en effet patent, par exemple, que les idées sur les questions régaliennes ne sont pas en lien nécessaire avec celles relatives aux responsabilités sociales et économiques de l’État. Cette multidimensionnalité est encore accrue par l’importance donnée à la personnalité du candidat et par la fragmentation d’un électorat…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 88% à découvrir.

La liberté c’est aussi d’aller à la fin d’un débat.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes