15.5 C
Vichy
mardi, mai 24, 2022

l’équipe de France de Coupe Davis «solidaire» des Ukrainiens

sur

L’équipe de France, qui affronte vendredi et samedi l’Équateur à Pau lors du premier tour de qualification, a automatiquement été interrogée sur le conflit lors de la conférence de presse de ce jeudi.

A Pau,

Le conflit entre la Russie et l’Ukraine continue de dicter en grande partie l’actualité du sport. Pour soutenir les Ukrainiens en proie à l’invasion des Russes, l’Aseft, qui regroupe les fans des équipes de France de tennis, va, selon nos informations, agiter des drapeaux français et ukrainiens dés demain lors de la première journée de France-Equateur. Sans entrer dans les détails, le capitaine de l’équipe de France Sébastien Grosjean a annoncé que les joueurs feraient aussi une action en signe de solidarité. «On relativise la rencontre, bien évidemment. Mais il faut continuer de faire ce qu’on doit faire et apporter notre solidarité au peuple ukrainien. Il y aura un geste. On a déjà discuté entre nous. On va le valider tout ça dans la journée. Rien n’est encore arrêté. » Grosjean est également revenu sur les décisions prises par l’ATP, la WTA et l’ITF d’exclure la Russie de toutes les compétions par équipe. «Je pense qu’il faut laisser les joueurs et les joueuses évoluer sur le circuit principal. Car c’est une compétition individuelle. En ce qui concerne les compétitions par équipes, je soutiens et je salue la décision prise par l’ITF. »

Comme beaucoup d’Européens, Pierre-Hugues Herbert ne cache pas une certaine inquiétude face à conflit : « Il n’y a pas un moment dans la journée où je ne pense pas à ce qui se passe en Ukraine. Je me sens mal par rapport à ce qui se passe là-bas. Il y a de quoi être déprimé quand on regarde le journal TV en ce moment. On ne se rendait pas compte à l’époque de la chance de vivre en paix. Malheureusement les situations dramatiques s’enchaînent ces dernières années. En 2015, alors qu’on disputait le Masters de double avec Nicolas (Mahut), il y a eu les attentats à Paris. On commence à être habitués à ce genre de situation.»

Retraité des courts de tennis depuis quelques mois, l’Ukrainien Sergiy Stakhovsky, ex 31e mondial, a annoncé rejoindre les réservistes de son pays pour lutter contre l’invasion russe. Nicolas Mahut, 40 ans, connaît bien l’Ukrainien de 36 ans. Entre inquiétude et admiration, l’Angevin confie : «Quand je vois ‘Stakho’ qui va là-bas, on est forcément inquiet pour lui. Je l’ai eu avant qu’il prenne sa décision. Mais je ne l’ai pas eu depuis qu’il est parti au combat. On se sent très proche et on est inquiet pour lui. ». Solidaire de Stakhovsky, mais aussi des joueurs et joueuses russes, victimes collatérales de ce conflit, l’ancien numéro un mondial de double enchaîne : « Pour les Russes, c’est difficile de s’exprimer librement. Certains l’ont fait sur la pointe des pieds. Il faut se mettre à leur place. Ils n’ont pas la même facilité que nous pour s’exprimer. Ça ne doit pas être simple pour eux non plus.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes