32.5 C
Vichy
samedi, août 13, 2022

Quel impact aura l’inflation sur notre quotidien ?

sur

FIGAROVOX/ENTRETIEN – Bien que la France soit le pays européen le moins touché par l’inflation, la hausse du coût de l’énergie aura nécessairement des conséquences sur le pouvoir d’achat des Français, explique l’économiste Nicolas Goetzmann.

Nicolas Goetzmann est responsable de la recherche et de la stratégie macroéconomique à la Financière de la Cité.

FIGAROVOX. – L’inflation, qui a accéléré aux États-Unis et en zone euro, devrait rester soutenue à cause de la guerre en Ukraine. Cela peut-il avoir des conséquences importantes sur notre quotidien ?

Nicolas GOETZMANN. – Derrière un chiffre d’inflation qui est désormais comparable entre les deux continents, les situations américaine et européenne sont différentes. Les États-Unis ont été les premiers touchés et la hausse de l’inflation a d’abord été le résultat conjugué d’une forte hausse de la demande alors que les capacités logistiques, de production, n’étaient pas revenues à leur maximum. La très forte hausse de la demande pour les biens a également conduit à une rapide pression à la hausse sur le prix des matières premières. Ces effets, et cela est encore valable aujourd’hui, pouvaient alors être considérés comme transitoires. Puis, à la fin de l’année 2021, la puissance de la reprise américaine a conduit à une forte pression sur l’emploi et les salaires, ce qui représente une composante d’inflation ayant un caractère plus permanent. Nous avons ici ce que l’on peut appeler la bonne et la mauvaise inflation, la bonne étant celle causée par la hausse des salaires, alors que la mauvaise est celle générée par les problématiques liées à la pandémie et à l’énergie, et qui se traduit par une perte de pouvoir d’achat.

En Europe, le phénomène est différent parce que nous n’avons pas de « bonne inflation », nous subissons la problématique liée à l’offre qui s’est radicalement aggravée avec l’invasion russe.

Nicolas Goetzmann

En Europe, le phénomène est différent parce que nous n’avons pas de « bonne inflation », nous subissons la problématique liée à l’offre qui s’est radicalement aggravée avec l’invasion russe. Cette inflation est donc une ponction sur le pouvoir d’achat, l’argent dépensé en plus sur l’énergie sera autant d’argent dépensé en moins sur d’autres produits ou services. Évidemment, les ménages qui sont contraints d’utiliser leur véhicule sont les plus touchés par le phénomène. Il faut tout de même retenir que la France affiche la plus faible inflation sur le continent européen, l’exemple le plus frappant est celui de l’électricité. Sur un an, la hausse des prix est de 4.9% en France (pour le mois de février 2022), contre 34.3% en zone euro, et dépasse 80% en Espagne ou en Italie.

Faut-il craindre un ralentissement marqué de la croissance économique en France ?

Un ralentissement de l’activité est déjà en cours, mais il intervient à un moment de reprise post-pandémie, ce qui signifie que nous sommes en train de perdre l’avantage de la reprise qui s’annonçait. Si nous prenons les dernières prévisions de la Banque Goldman Sachs, à la fin de l’année 2022, le PIB du pays sera 2% supérieur à son niveau du dernier trimestre 2021, ce qui serait une année « solide » en temps normal, mais serait une déception dans le contexte de reprise. Mais ce chiffre pourrait être revu à la baisse en cas de persistance du choc sur l’énergie qui est en train de provoquer un autre choc ; sur le moral des ménages.

Le niveau d’incertitude est donc élevé. Depuis le 24 février dernier, la bourse évolue au gré des annonces concernant les sanctions énergétiques à l’égard de la Russie. Dans le cas où ces sanctions seraient mises en place, ou si le Kremlin décidait de couper l’approvisionnement en gaz, alors les prévisions de croissance seront révisées à la baisse, faisant planer un risque de récession en Europe. Mais il faut garder à l’esprit que, de la même façon que nous avons su affronter économiquement la crise du Covid, nous avons les outils pour faire face à une telle situation. L’enjeu est donc l’ampleur et la rapidité des autorités, notamment de la BCE, en cas d’aggravation de la situation.

Quel peut être l’impact de l’invasion russe en Ukraine sur le modèle de croissance européen ?

Le débat sur le modèle de croissance en Europe était déjà légitime avant la crise du Covid, notamment parce que la croissance de la zone euro avait été très faible lors de la décennie 2010, en comparaison des États-Unis par exemple. Nous avons un modèle de « compétitivité » qui a pour résultat de freiner le niveau de demande intérieure, ce qui suppose de faibles augmentations de salaires, et une priorité donnée aux exportations. Ce modèle a contribué à fragiliser la croissance du continent, à le rendre dépendant macro économiquement du reste du monde, et à une perte relative de sa puissance économique vis-à-vis de la Chine ou des États-Unis.

La compétitivité suppose une croissance faible et une dépendance au reste du monde, alors qu’une ambition géopolitique européenne suppose un renforcement de notre demande intérieure, une croissance maximale.

Nicolas Goetzmann

Ce modèle a été fortement remis en cause lors de la crise liée au Covid, et devrait l’être encore davantage suite à l’invasion russe. Les États-Unis ont un modèle qui repose sur la demande intérieure, le plein-emploi, et la croissance maximale, et ce modèle a été renforcé lors des deux dernières années, et pourrait être un exemple pour l’Europe.

Dans un de ces premiers discours à la tête de la Commission européenne, Ursula von der Leyen affichait l’ambition géopolitique de son mandat tout en utilisant le terme de « compétitivité » à plusieurs reprises. Les deux notions me semblent antinomiques. La compétitivité suppose une croissance faible et une dépendance au reste du monde, alors qu’une ambition géopolitique européenne – l’autonomie stratégique – suppose un renforcement de notre demande intérieure, une croissance maximale, ce qui revient à faire coïncider les intérêts des salariés européens avec une ambition géopolitique pour le continent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes