17.5 C
Vichy
vendredi, juillet 1, 2022

Réactions après l’annonce du programme de Macron, clash Zemmour-Jadot… L’actu de la campagne ce vendredi

sur

Motus. Depuis ce vendredi matin, les membres du gouvernement doivent observer une période « de réserve ». Ils ne doivent donc pas, dans le cadre de leur fonction, s’immiscer dans la campagne présidentielle.

Mais dans les faits, c’est un peu plus compliqué. Car ces règles ne valent que lorsque les ministres agissent de façon « officielle ». Ils sont aussi considérés comme des personnalités politiques, qui sont donc libres de s’engager pour un candidat.

Ils peuvent donc participer à un meeting, mais en leur nom propre, sans y mêler leur rôle au gouvernement. Des déplacements qui ne doivent pas engendrer des dépenses de moyens publics, notamment en ce qui concerne le transport. Et qui doivent être prévus en dehors de leurs heures de travail ou sur des jours de congés.

Intéressé par la campagne des élections présidentielle et législatives ? Recevez gratuitement notre newsletter Lettre de campagne 

NL {« path »: »mini-inscription », »id »: »MT_Elections_Auvergne », »accessCode »: »14101417″, »allowGCS »: »true », »bodyClass »: »ripo_generic », »contextLevel »: »KEEP_ALL », »filterMotsCles »: »1|2|3|4|5|6|7|9|10|108|111|1664|17122″, »gabarit »: »generic », »hasEssentiel »: »true », »idArticle »: »4101417″, »idArticlesList »: »4101417″, »idDepartement »: »294″, »idZone »: »35496″, »motsCles »: »1|2|3|4|5|6|7|9|10|108|111|1664|17122″, »premium »: »false », »pubs »: »banniere_haute|article|article2|article3″, »site »: »MT », »sousDomaine »: »www », »tagsArticle »: »#coeurcampagne », »urlTitle »: »reactions-apres-l-annonce-du-programme-de-macron-clash-zemmour-jadot-l-actu-de-la-campagne-ce-vendredi »}

Les réactions du jour

Programme. Contrefaçon, pillage, ultralibéral, poussif… Les réactions sont nombreuses après la présentation du programme d’Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse de plus de quatre heures ce jeudi.

Premiers à réagir, Valérie Pécresse et son équipe de campagne ont fustigé une contrefaçon du programme de droite de la candidate Les Républicains. « Emmanuel Macron reste dans le déni sur l’autorité, le pouvoir d’achat et la dette. Sur le reste : beaucoup de contrefaçons ! Son bilan, c’est son boulet », a tweeté la candidate.

Ce qu’il faut retenir du programme d’Emmanuel Macron

Marine Le Pen, invitée de France Inter ce vendredi, a jugé cette prise de parole peu réussie : « J’ai trouvé l’exercice assez poussif. On avait le sentiment qu’Emmanuel Macron se débarrassait d’une corvée, on ne sentait pas le plaisir qu’il pouvait avoir à concevoir un projet pour les cinq prochaines années. On a l’impression que tout ça a été fait à la va-vite » a estimé la candidate du RN.

Philippe Poutou a dénoncé les « attaques antisociales » d’Emmanuel Macron sur France 2 : « La retraite à 65 ans, faire travailler les chômeurs en ne les payant pas plus… Toute cette vieille idée de droite où l’on stigmatise toujours la population […] c’est vraiment la continuité des politiques ultralibérales, des politiques même réactionnaires ».

L’article à lire

Mouiller la parka. La sincérité du président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, chargé des comités de soutien de Valérie Pécresse pour la présidentielle, est sujette à caution. « Il fait le job », assure son entourage.

Là où Laurent Wauquiez fait l’unanimité, c’est au sujet de son ambition élyséenne. De gauche à droite, tout le monde sent qu’il en rêve. Et comme il a renoncé à 2022, ne se sentant pas en mesure de rassembler au-delà de la droite, chacun a compris qu’il gardait ses forces pour 2027.

Or, si Valérie Pécresse est élue en avril, elle pourra briguer un second et dernier mandat en 2027, barrant donc la route à l’ancien maire du Puy-en-Velay (Haute-Loire). D’où ce procès en insincérité. 

Comment cela est-il perçu dans les rangs LR ? La réponse dans notre article.

Le clash du soir

Banderilles. Les débats se suivent et se ressemblent pour Eric Zemmour qui, décidément, est devenu le spécialiste des échanges musclés et virulents. Face à Yannick Jadot sur le plateau de France 2 jeudi soir, les deux candidats se sont rendus coup pour coup.

Une foire d’empoigne sur fond de guerre en Ukraine qui a rapidement laissé place à des attaques plus personnelles. Le candidat écologiste a ainsi accusé Eric Zemmour de « servir la soupe » à Vladimir Poutine.

Le candidat Reconquète ! a fustigé lui le « visage d’un raciste et d’un allié des islamistes », un « collabo des islamo-gauchistes ». Une passe d’arme qui s’est conclue par l’inventaire de leurs condamnations respectives. Pas de quoi faire adhérer les Français à cette campagne…

Les déplacements du jour

Quadrillage. Les déplacements et meetings se multiplient alors que l’on entre dans la dernière ligne droite de la campagne. Valérie Pécresse est ce vendredi à Nîmes, puis elle se rendra à la Grande-Motte et enfin à Toulouse.

Emmanuel Macron est à Pau où il débattra avec des lecteurs de Sud Ouest et de La République des Pyrénées. Nicolas Dupont-Aignan se rend en Corse. Anne Hidalgo ira à la Grande mosquée de Paris pour rencontrer des représentants du culte musulman.

Pour tout connaître des programmes des candidats, suivez le guide

Eric Zemmour donne un meeting ce soir, à Metz. Nathalie Arthaud sera, elle, à Bordeaux où elle assurera un meeting et une conférence de presse.

Julien Jégo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelles récentes